ESS : l’accélérateur montpelliérain Alter’Venture essaime en France

 |   |  564  mots
Philippe Rajosefa, responsable d'Alter'Incub à l'Urscop LR.
Philippe Rajosefa, responsable d'Alter'Incub à l'Urscop LR. (Crédits : Etienne Perra)
La Confédération générale des Scop vient d'acter la duplication d’un outil d’accélération pour les entreprises de l’ESS créé et développé à Montpellier. Après Toulouse d'ici la fin 2018, Alter’Venture sera donc déployé dans neuf régions en deux ans.

En mai 2017, Alter'Incub, l'incubateur d'innovation sociale de l'ex-Languedoc-Roussillon créé par l'URSCOP Languedoc-Roussillon (Union régionale des Scop), lançait un nouvel outil d'accompagnement : l'accélérateur Alter'Venture, dédié aux entreprises de l'économie sociale et solidaire (ESS). Une première promotion a accompagné six entreprises régionales (Hygie Sphère, Enercoop LR, [email protected], Appliserv, Heredis et Un goût d'Illusion), et  une deuxième promotion a démarré en avril 2018.

Comme initialement envisagé, l'accélérateur a fait ses preuves et va être déployé sur l'ouest de l'Occitanie, à Toulouse, d'ici la fin de l'année 2018.

« Nous allons opérer un transfert de savoir-faire et des process, outils et modules du programme d'accélération, c'est à dire toute l'ingénierie, précise Philippe Rajosefa, responsable d'Alter'Incub et animateur d'Alter'Venture. C'est ensuite l'URSCOP Midi-Pyrénées qui s'occupera de déployer ce dispositif sur son bassin territorial. »

« Il fallait un outil spécifique à l'ESS »

Mais l'essaimage ne s'arrêtera pas aux frontières de la région Occitanie. Un programme de duplication est d'ores et déjà prévu sur plusieurs autres grandes régions de France.

« Cette expérimentation en Occitanie a été favorablement accueillie par la Confédération générale des Scop et fin juin, son bureau a proposé une duplication d'Alter'Venture sur des régions volontaires, se réjouit Philippe Rajosefa. Quatre autres URSCOP sont partantes : l'URSCOP Ouest, soit les 3 régions de Normandie, Bretagne et Pays de Loire, l'URSCOP Auvergne-Rhône-Alpes, l'URSCOP PACA Corse, l'URSCOP Île-de-France-Centre Val de Loire-DOM-TOM. Avec l'Occitanie, elles représentent 72 % des entreprises coopératives françaises et 70 % des emplois. »

Dans les deux prochaines années, le Montpelliérain se rendra dans chacune des unions régionales afin d'opérer une mission de transfert d'ingénierie. Avec comme objectif, à terme, de constituer un réseau des Alter'Venture France.

« C'est un programme qui est amené à évoluer, et avec les retours d'expérience, nous construirons ensemble son évolution pour en faire un outil parfaitement adapté, ajoute Philippe Rajosefa. Avec Alter'Venture, nous apportons une réponse de qualité, complémentaire à l'accompagnement déjà fait dans les URSCOP. Cet outil répond à une demande de développement des entreprises coopératives et de l'ESS, qui sont des entreprises comme les autres, avec des besoins en innovation, en diversification, en financement de croissance ou en organisation RH. Or elles auraient des difficultés à aller dans des accélérateurs privés dont les modèles économiques ne correspondent pas aux valeurs et aux statuts des entreprises de l'ESS. Il fallait un outil spécifique. »

Des mentors

Alors que « la quasi-totalité des entreprises de la 1e promotion ont démarré leur programme de croissance, avec déjà des résultats », la 2e promotion d'Alter'Venture sur l'ex-Languedoc-Roussillon est en cours, avec six entreprises : Crealead (coopérative montpelliéraine d'entrepreneurs), Izuba Énergies (optimisation énergétique pour la conception des bâtiments, à Fabrègues), PDCA 34 (entreprise adaptée de sous traitance industrielle, à Montpellier), Avizzeo (conseil en services informatiques, à Montpellier), La Table de Cana (traiteur, réplication à Montpellier), et enfin une première association marchande, Alliance Comptoir Emploi (mobilité sociale, à Carcassonne).

« Ces six entreprises seront accompagnées jusqu'en novembre 2018 et poursuivront ensuite le travail jusqu'en juin 2019 avec leurs mentors (choisis en collaboration avec Leader LR, NDLR), qui ne viennent pas forcément du champ de l'ESS mais qui ont une fibre RSE affirmée. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :