ESS : acte de naissance de l’URSCOP Occitanie

L’union fait la force. C’est le slogan que revendiquent les Scop et les Scic d’Occitanie qui ont validé, le 20 septembre, la réunification des deux Unions régionales des Scop (URSCOP) de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées, rassemblant 530 entreprises et 7 000 emplois coopératifs. L’URSCOP Occitanie est dirigée par deux co-présidents, Rémi Roux et Xavier Châtellier.
Cécile Chaigneau
Rémi Roux et Xavier Châtellier, co-présidents de l'URSCOP Occitanie, créée le 20 septembre 2019 depuis Sorèze, dans le Tarn.
Rémi Roux et Xavier Châtellier, co-présidents de l'URSCOP Occitanie, créée le 20 septembre 2019 depuis Sorèze, dans le Tarn. (Crédits : URSCOP Occitanie)

En projet depuis un moment, le rapprochement entre les pôles territoriaux (Pyrénées et Méditerranée) des Unions régionales des Scop (URSCOP) a franchi une étape : le 20 septembre, à l'Abbaye-École de Sorèze (Tarn), s'est tenue l'assemblée générale constitutive de la nouvelle association Union Régionale des Scop et Scic Occitanie, qui a réuni pour l'occasion plus d'une centaine de personnes.

« L'URSCOP Occitanie est une fédération des deux entités et pour le moment, on ne touche pas aux structures juridiques existantes, explique Xavier Châtellier, jusqu'alors président de l'URSCOP Occitanie - pôle Méditerranée. Le pôle Pyrénées étant deux fois plus lourd que le pôle Méditerranée en poids économique et en nombre d'emplois (notamment du fait de la présence de grosses coopératives du bâtiment, comme Scopelec à Revel, NDLR), nous avons opté pour une gouvernance négociée qui tient compte du poids respectif des structures : chaque entité est représentée au sein d'un conseil d'administration de 20 personnes, 12 côté Pyrénées et 8 côté Méditerranée. Nous avons mis en place des règles de fonctionnement qui vont vers le consensus et la fédération sera pilotée par deux co-présidents, Rémi Roux (président de l'URSCOP Occitanie - pôle Pyrénées, NDLR) et moi-même. Cette étape est un préambule vers une union à horizon 2021, même si ce n'est pas inscrit dans le marbre. C'est une solution raisonnable et raisonnée, pour préserver le service aux adhérents... On est d'accord : il faut collaborer et casser les limites territoriales. »

Réunification après séparation

Historiquement, les deux entités ne faisaient qu'une en Midi-Pyrénées, créée il y a quelque 80 ans. Un processus de séparation avait abouti en 2011 à la demande du Languedoc-Roussillon qui réclamait plus d'indépendance. Mais en 2016, suite à la fusion administrative des deux régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon, la Confédération générale des Scop a invité les deux structures à revenir à la configuration première.

Cette dynamique, enclenchée dès 2016 lors d'un congrès régional commun, s'était déjà traduite dans les faits par une collaboration accrue sur différentes thématiques.

« Il existe un travail commun entre les deux pôles depuis un an environ, précise Xavier Châtellier. Duplication d'Alter Venture (accélérateur lancé par Alter'Incub, l'incubateur d'innovation sociale de l'ex-Languedoc-Roussillon, NDLR) à Toulouse, comité financier commun, programme de formation croisé, communication commune avec un site web unique, structure unique pour la révision coopérative, pratiques d'accompagnement homogènes, évènements qui couvrent l'ensemble du territoire comme "Les coups de cœur de la reprise par les salariés" et le Concours des jeunes entrepreneurs. »

Enjeux : transmission-reprise et consolidation

« Depuis une dizaine d'années, les URSCOP du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées sont les deux meilleures en France en termes de création de coopératives et d'emplois, se félicite Xavier Châtellier. Mon discours est de souligner que nous sommes bons de part et d'autre, alors essayons de nous "pollenniser" les uns les autres. »

Parmi les enjeux majeurs à venir, le co-président veut mettre l'accent sur la transmission-reprise et sur la consolidation des coopératives existantes : « Nous voulons des structures plus solides, aider celles qui ont du potentiel à se développer. Notre indicateur, c'est l'emploi, et l'objectif, c'est 70 000 salariés en France en 2021, or l'URSCOP Occitanie affiche une bonne dynamique de développement sur les deux territoires ».

La région Occitanie compte 530 entreprises coopératives et établissements (330 en Midi-Pyrénées, 200 en Languedoc-Roussillon), 7 000 emplois coopératifs (5 000 en MP, 2 000 en LR-), 46 créations de coopératives en 2018, 700 M€ de chiffre d'affaire généré (580 M€ en MP, 120 M€ en LR).

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.