Autisme et habitat inclusif, le long chemin…

RECIT - À côté de Montpellier, la MIA, Maison inclusive pour autistes, ouvre la voie de l’habitat inclusif pour jeunes adultes autistes déficitaires. Elle est le fruit de l’engagement entrepreneurial d’une mère, déterminée à créer un modèle économique hybride incluant la dimension formation. Récit d’un parcours engagé. (Article issu de « T » La Revue de La Tribune – N°4 Avril-mai 2021)
Cécile Chaigneau

7 mn

Fabienne Such, fondatrice de la Maison inclusive pour autistes à côté de Montpellier.
Fabienne Such, fondatrice de la Maison inclusive pour autistes à côté de Montpellier. (Crédits : Cécile Chaigneau)

Elle a porté et porte encore le projet à bout de bras. Et elle est pionnière dans la démarche... Fabienne Such est la mère d'Adrien, jeune autiste non verbal de 25 ans, diabétique insulinodépendant. Cette professeure des écoles, diplômée d'un DU Autisme et d'un DU troubles des apprentissages et du neuro-développement, s'est transformée en entrepreneuse quand elle a compris qu'elle ne trouverait pas de solution d'accompagnement et de prise en charge adaptée pour son fils.

En 2015, une étude estimait à 340 (a minima) le nombre de personnes autistes dépourvues de solution d'accueil en Languedoc-Roussillon. Une carence encore plus forte pour les adolescents en sortie de vie scolaire et les jeunes adultes. Alors Fabienne Such a décidé de créer elle-même cette solution : un dispositif innovant et durable d'habitat inclusif pour un accompagnement social et professionnel de personnes adultes autistes.

Pérennité et gouvernance

Le chemin pour faire naître son projet est passé par la création de l'association ASF34-Col'Oc Autisme, « pour réfléchir à une alternative », se souvient-elle. Rapidement, Fabienne Such s'intéresse au modèle de la Société coopérative d'intérêt collectif (Scic) dans le champ de l'économie sociale et solidaire.

« Quand vous êtes présidente d'une association, vous êtes déjà entrepreneure - sans salaire - et le jour où vous quittez le navire, personne ne veut votre place. Dans le secteur du handicap, ce sont souvent des associations de parents ou de professionnels, les personnes ne se forment pas et s'épuisent. La première raison de passer par une Scic, c'était de créer une structure pérenne avec un projet économique viable. La seconde, c'est que nous ne voulions pas vivre ce qu'on avait connu en établissements médico-sociaux : les professionnels voulaient que leur avis soit entendu, que les gens qui votent le budget soient sensibilisés à la cause et aux besoins, que les parents n'aient pas qu'un avis consultatif mais un droit de vote. La Scic offre cette gouvernance de toutes les parties prenantes. »

Son projet est accompagné pendant dix-huit mois par Alter'Incub, l'incubateur régional d'innovation sociale de l'Union régionale des Scop à Montpellier.

« La valeur ajoutée d'Alter'Incub, c'était de m'accompagner dans la réflexion sur le modèle économique, sur le benchmarking ou le business plan », souligne Fabienne Such.

Aujourd'hui, la Scic Autisme Inclusion Services Formation compte 25 sociétaires et quatre collèges au conseil d'administration : professionnels, bénéficiaires, partenaires et garants porteurs de projet.

« La spécificité de ce projet d'innovation sociale, c'est de vouloir sortir d'un système de financements publics pour aller vers un modèle hybride, de mieux utiliser les financements et de créer un modèle marchant avec la formation. La Maison inclusive pour autistes (MIA, ndlr) a rencontré engouement et adhésion, et aujourd'hui, c'est l'Urscop qui les accompagne », observe Théo Cousyn, délégué régional innovation chez Alter'Incub.

Le pied à l'étrier

Depuis 2019, la MIA ouvre la voie de l'habitat inclusif pour autistes déficitaires. À Saint-Gély-du-Fesc, à côté de Montpellier, elle accueille cinq jeunes adultes autistes déficitaires en colocation, accompagnés par une équipe de six éducateurs. Les familles n'ont pas de reste à charge : un jeune autiste perçoit globalement 1.150 euros d'aides et allocations, et paie 900 euros/mois tout compris pour la location. La Scic emploie quatre salariés en CDI à temps plein et six salariés chez son partenaire d'aide à domicile.

L'approche globale du projet prévoit d'accompagner les jeunes autistes vers l'emploi en les faisant intervenir dans des entreprises locales. L'association ACE de Pic (120 commerçants et entrepreneurs du Pic Saint-Loup) a déjà signé une lettre d'engagement pour les accueillir quand ils seront prêts.

« Nous sommes très sensibles à la RSE, à ce qui permet de donner du sens à notre travail, et nous ne voulons pas être en marge du volet handicap de la loi PACTE, donc nous soutenons cette démarche. Les jeunes pourront suivre des stages dans un restaurant, la grande distribution ou les entreprises de services. L'objectif, c'est de leur mettre le pied à l'étrier », déclare le président de l'association, Chaouki Asfouri.

Un centre de formation intégré

La Scic perçoit un forfait habitat inclusif (60.000 euros pour un an) dans le cadre d'un contrat Fonds d'intervention régional de l'ARS. La Fondation Orange, la Fondation Autisme France et Autistes sans Frontières National soutiennent la mise à disposition de mobilier et de matériel éducatif et pédagogique pour les colocataires de la MIA.

Mais l'équilibre du modèle économique - « complexe », pointe Fabienne Such - repose aussi sur les ressources provenant de diverses activités que la Scic propose : « Nous vendons des prestations d'accompagnement en mobilisant les salariés d'Autisme Inclusion pour animer des projets comme les cafés-parents, les cafés "Asperger" ou la mise en place de projets personnalisés, etc. pour ASF34-Col'Oc Autisme, Solidarité Autisme LR ou nos partenaires ».

Mais surtout, le projet faisant appel à une connaissance fine des spécificités neuro-développementales de l'autisme ou à des méthodes de communication et d'enseignement spécifiques, la Scic comprend un centre de formation certifié (une formatrice salariée et des vacataires) à destination du personnel de la MIA ou d'autres établissements, mais aussi des proches et aidants.

« Cela permet par ailleurs d'offrir du travail à des personnes autistes, et nous proposons des formations sur ce concept d'habitat inclusif, innovant en France, ce qui contribuera à équilibrer le budget », ajoute la gérante de la Scic.

Car le projet vise l'autofinancement, et Fabienne Such veut essaimer sur d'autres territoires afin de multiplier les réponses adaptées à l'autisme : « Nous ouvrirons une deuxième maison en juillet 2021 à Prades-Le-Lez, avec cinq autistes déficitaires et trois autistes de profil Asperger. L'équilibre financier ne peut être atteint qu'à partir de deux habitats. En ouvrant cette deuxième maison, nous créerons douze emplois, et il nous sera alors possible de mutualiser des ressources humaines entre les deux MIA ».

Habitat inclusif et bailleurs sociaux

Pour l'heure, la Scic loue les maisons à des bailleurs privés. Mais Fabienne Such a déjà en tête l'étape suivante : faire entrer les bailleurs sociaux dans la danse. L'habitat inclusif s'articule autour d'un projet de vie sociale et partagée, dont l'objectif est de favoriser le vivre-ensemble pour limiter le risque d'isolement de publics fragiles et qui, seuls ne pourraient accéder à un logement.

« Passer un accord d'intermédiation locative avec un bailleur social nous permettrait d'accéder à des loyers encadrés. On est en discussion avec certains », explique Fabienne Such, déterminée. Notamment avec Croix-Rouge Habitat, où Corinne Archer, responsable Développement solidaire, confirme les difficultés du concept : « Le déploiement des opérations nécessite de lever les nombreux freins existants pour le montage immobilier : aides à la pierre complémentaires pour financer les adaptations, l'investissement et la gestion des espaces communs, adaptation de la réglementation des attributions inadaptée à ces formules, ouverture au parc existant, sécurisation dans la durée des opérations via le financement pérenne du projet de vie sociale, etc. Mais nous réfléchissons à investir dans des projets d'hébergement de personnes autistes, c'est un souhait, et nous envisageons d'accompagner Fabienne Such pour la création d'autres Maisons inclusives ».

Cet article est issu de « T » La Revue de La Tribune -N°4 - S'engager et agir - Avril Mai 2020 - Découvrez la version papier.

T La Revue - Engagement - Avril 2021

Cécile Chaigneau

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.