EDF-EN lance l'installation de ses pales furtives dans les Pyrénées-Orientales

 |   |  381  mots
Prévu pour se terminer en juillet, le calendrier du montage des éoliennes dépend des conditions météorologiques.
Prévu pour se terminer en juillet, le calendrier du montage des éoliennes dépend des conditions météorologiques. (Crédits : Vestas)
La 1ère éolienne à pales furtives au monde a été installée par EDF-Énergies Nouvelles, le 17 mars, sur l'Éco-parc catalan. Pour un budget de 130 M€, les 35 machines du projet seront montées d'ici juillet et mises en service cet automne.

Une première mondiale s'est concrétisée pour EDF-Énergies Nouvelles (EDF-EN). Mardi 17 mars, la toute première éolienne à pales furtives a été installée sur l'ensemble éolien de l'Éco-parc catalan situé sur les communes de Calce, Baixas, Pézilla-la-Rivière et Villeneuve-la-Rivière près de Perpignan (66).

Une installation qui se serait avérée impossible sans la technologie des pales furtives (développée par le groupe danois Vestas) en raison de la présence de la station Météo France d'Opoul à proximité : la furtivité des pales a en effet été choisie à la demande de Météo France en vue de réduire l'écho renvoyé par les éoliennes et donc d'atténuer sensiblement les troubles causés au bon fonctionnement du radar.

"Les premiers mats ont été levés et la première éolienne a été montée complètement, confirme David Augeix, directeur d'EDF-EN. Le montage ne présente pas de difficulté majeure, si ce n'est les conditions météorologiques qui peuvent nous permettre d'aller plus ou moins vite lorsque l'on travaille à 80m de haut. Nous avons prévu de terminer l'installation des 35 éoliennes, toutes à pales furtives, pour le mois de juillet".

L'équivalent de la consommation de 130 000 personnes

Le montage complet d'une éolienne durant deux à trois jours, une moitié d'entre elles devrait en place en mai, mois durant lequel sont prévus les premiers tests de bon fonctionnement électrique. C'est en septembre que se dérouleront les tests de furtivité des pales, mais David Augeix n'a aucun doute sur le bon fonctionnement de ces dernières.

"Des test ont été effectués en sortie d'usine. Les pales ont été échographiées de manière à contrôler que les conditions techniques étaient réunies. Mais nous avons obligation de faire les derniers contrôles après l'installation à l'aide d'un radar mobile".

Les 35 éoliennes d'EDF-EN devraient être mise en fonctionnement en avance sur le calendrier. À l'origine, leur exploitation était prévue pour la fin de l'année 2015, mais elles seront probablement activées fin septembre ou début octobre. Le coût total a également été revu à la base : 130 M€, contre les 140 M€ prévus initialement. Leur production atteindra 96 MW, correspondant la consommation de 130 000 personnes soit la moitié du bassin de vie perpignanais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2015 à 22:39 :
tout ça c'est très bien, mais reste une question a laquelle on n'a pas de réponse.
Qui devra payer le démantèlement de ces éoliennes quand elles seront hors d'usage ??.
Ce coût aura-t-il un impact sur notre facture d'électricité ??. Où sont les écolos et Madame je sais tout faire ,sauf ce qu'il faut ??.
a bientôt
Réponse de le 23/03/2015 à 20:48 :
Légalement le démantèlement des éoliennes doit être provisionné.

Ce qui ne l'est pas par contre, c'est le retrait des socles sur lesquels le mat est posé, qui représente plusieurs centaine de tonne de béton par éolienne, et qui est là juste pour toujours.

Sur le coût pour la facture, la CRE indique que du fait des règles d'indexation sur l'inflation qui augmentent petit à petit le montant payé, nous allons payer environ 90€ / MWh pour l'ensemble des éoliennes du territoire français.
Réponse de le 23/03/2015 à 20:50 :
90€/MWh pour 2015, cela évolue petit à petit.
A comparer avec les 42€/MWh pour l'ARENH, le nucléaire "historique" que les acheteurs trouvent déjà trop cher par rapport au prix du marché.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :