Microbia Environnement séduit les labos européens

 |   |  529  mots
Carmen-Lara Manes, l'une des deux fondatrices de Microbia Environnement, entourée d'acteurs économiques catalans et du président du Prix Alfred Sauvy, Emmanuel Stern
Carmen-Lara Manes, l'une des deux fondatrices de Microbia Environnement, entourée d'acteurs économiques catalans et du président du Prix Alfred Sauvy, Emmanuel Stern (Crédits : Mariama Diallo)
Le Prix Alfred Sauvy a été attribué, le 30 novembre à Perpignan (66), à Microbia Environnement, spécialiste en prévention de la contamination des eaux marines par les micro-algues. La société compte accélérer son développement commercial en 2017.

Pour sa 18e édition, le prix Alfred Sauvy, créé en 1999 par le réseau des Cadres Catalans, a récompensé Microbia Environnement, l'une des six sociétés finalistes, pour son projet de commercialisation de kits de détection de micro-organismes toxiques en milieux marin et sous-marin. Cette solution, déjà testée par des instituts de recherche notamment en France, au Portugal au Royaume-Uni et en Italie, est capable de détecter et quantifier les micro-algues toxiques en seulement deux heures (contre deux jours pour les solutions classiques).

« Grâce aux 10 000 € (auxquels s'ajoute un coup de pouce financier de 200 000 €, versés par la Région et bpifrance, NDLR) que nous avons reçus du Prix Alfred Sauvy, nous allons pouvoir déployer commercialement notre biocapteur dès janvier 2017 », indique Carmen-Lara Manes, cofondatrice de l'entreprise avec Delphine Guillebault.

Des ambitions mondiales en microbiologie

Installée à Banyuls-sur-mer (66) au sein de l'Observatoire océanologique, Microbia Environnement s'adresse, entre autres, aux ostréiculteurs et aux gestionnaires d'eau en général. Dans les cinq prochaines années, la société fondée en 2013 ambitionne de devenir leader mondial du diagnostic génétique en microbiologie environnementale (eaux douces et marines), grâce à ses biopuces.

Lors d'une seconde cérémonie prévue le 26 janvier au Wine & Business Club de Paris, Microbia Environnement, recevra son trophée et accédera à un réseau d'acteurs économiques d'influence au niveau national. Cette soirée du 30 novembre était placée sous le signe des récompenses, puisque l'entreprise a également reçu le prix Start-up, lors du salon Pollutec, organisé du 29 novembre au 2 décembre à Lyon.

Flipr et Kala Karité aussi à l'honneur

Par ailleurs, deux autres finalistes (sur six) ont été récompensés. Ainsi, le Prix Spécial du jury a été décerné à Flipr et son flotteur connecté qui analyse la qualité de l'eau de piscine et envoie les informations et les recommandations d'entretien directement sur le smartphone du propriétaire. Cette solution qui sera commercialisée en mars 2017 a déjà conquis un grand distributeur national et plus de 110 clients. Sa participation au CES de Las Vegas en janvier prochain devrait lui permettre de faire connaître son produit en vue de l'exporter aux USA et en Europe.

Le Prix coup de cœur est revenu à Kala Karité, créée et dirigée par Clarisse Charara et spécialisée dans les soins naturels à base de karité pour chevaux. L'entreprise âgée de plus de deux ans fournit déjà les plus grandes écuries ainsi que la Garde Républicaine. En 2017, elle devrait embaucher cinq personnes dans le département où est basée la production.

Les trois autres finalistes étaient Pack Editions (solution de communication en temps réel), Adamentis (Datacenter local et modulable dont le lancement est prévu en mars 2017) et Odesy (objets connectés pour les bébés et jeunes enfants).

En 18 ans, le prix Alfred Sauvy a distribué plus de 200 000 €, attiré plus de 200 candidats et permis la création de centaines d'emplois en Catalogne. L'édition de cette année a attiré 17 candidats, « un record », selon le président du prix, Emmanuel Stern, ex-dirigeant de Onedirect.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :