Akuo Energy invite Pierre Rabhi à la 1e pierre du parc ENR du Bousquet d’Orb

 |   |  872  mots
Pierre Rabhi, lors de la pose de la 1e pierre du parc photovoltaïque du Bousquet d'Orb (34) le 9 février 2018.
Pierre Rabhi, lors de la pose de la 1e pierre du parc photovoltaïque du Bousquet d'Orb (34) le 9 février 2018. (Crédits : DR)
La commune du Bousquet d’Orb accueillera le 3e parc photovoltaïque du territoire du Grand Orb. Porté par le producteur indépendant français d’énergies renouvelables Akuo Energy, il sera construit sur un ancien site charbonnier. La 1ère pierre du parc était posée le 9 février, en présence des élus, des dirigeants de Akuo Energy, mais aussi de l’agro-écologiste Pierre Rabhi, venu évoquer « la convergence des consciences ».

Sur le territoire du Grand Orb, au nord-est de l'Hérault, le carreau de la mine du Bousquet d'Orb fait l'objet d'une reconversion en site de production d'énergie verte, après le parc photovoltaïque des Terres Rouges créé à Bédarieux sur l'ancienne décharge des Hauts Cantons.

Le carreau de la mine, exploité jusqu'en 1993 par Charbonnage de France, s'étend sur près de 20 ha. Impropre à d'autres activités du fait d'un taux de pollution élevé dans son sol, le site va connaître une seconde vie avec sa reconversion en centrale solaire. Un projet initié par la commune dès 2010 et financé à 100 % et réalisé par la société privée Akuo Energy.

« Ce parc photovoltaïque va donner une seconde vie à des terrains inexploitables pour l'habitation ou l'agriculture, souligne Yvan Cassili, maire du Bousquet d'Orb, 1er vice-président de la communauté de communes Grand Orb. C'est un projet à la fois environnemental par sa production d'énergie propre mais aussi porteur de ressources nouvelles pour la commune du Bousquet d'Orb et pour la Communauté de communes Grand Orb »

La Communauté de communes Grand Orb regroupe 24 communes et 22 0000 habitants. Elle affiche sa volonté d'investir sur les énergies renouvelables, avec trois parcs photovoltaïques, des sites éoliens et trois centrales hydroélectriques qui couvrent la consommation en électricité du territoire.

« Cette centrale de 20 ha sur le carreau de la mine illustre la révolution énergétique en cours, se félicite Antoine Martinez, président de la Communauté de communes Grand Orb, maire de Bédarieux. En effet, ce site qui a longtemps produit de l'énergie carbonée est reconverti en site de production d'énergie propre et renouvelable. Ainsi, notre territoire abritera à terme trois centrales photovoltaïques. Aujourd'hui, nous produisons l'énergie propre que nous consommons sur l'ensemble du territoire de Grand Orb. C'est un petit exploit ! »

Des projets de solaire flottant en Occitanie

Le parc photovoltaïque du Bousquet d'Orb développé par Akuo Energy se traduira par l'installation de 44 438 panneaux solaires, pour une puissance de 12 MW et une production de 15 700 MWh/an. Sa mise en service est prévu à l'été 2018.

« Nous sommes implantés bien en Occitanie depuis de nombreuses années, déclare Steve Arcelin, DG de Akuo Energy, à Objectif Languedoc-Roussillon le 9 février. Nous avons installé une première centrale éolienne à Fitou, dans les Pyrénées-Orientales, et nous avons poursuivi avec une 1e mondiale, une centrale solaire en toiture au marché Saint-Charles (9 MW, ndlr), puis à Broussan, dans le Gard, avec la première serre couverte de panneaux photovoltaïques sur 5 ha, abritant des abricotiers en culture bio (porté par la filiale d'Akuo Energy, Agrinergie®, NDLR). »

En Occitanie, Steve Arcelin évoque un important portefeuille, constitué de 30 MW d'actifs en exploitation (solaires et éoliens) et de 350 MW en développement sur 2018-2020.

« Nous avons pour ambition d'y développer du solaire flottant, ajoute le directeur général d'Akuo Energy. En avril prochain, nous démarrerons la construction de la 1e centrale flottante en France, en Avignon (dans l'ancienne carrière Maroncelli, sur la commune de Piolenc, NDLR) pour une puissance de 17 MW. Nous avons par ailleurs des projets de développement, d'ici 2020, sur d'anciennes carrières ou sablières dans plusieurs départements de l'Occitanie, comme l'Aude, la Haute-Garonne ou l'Hérault. L'idée, c'est de développer des centrales de grande taille sur des plans d'eau et non sur des terres agricoles. »

Une agence Akuo Energy à Toulouse en 2018

L'été dernier, Eric Scotto, président d'Akuo Energy, avait fait entrer l'entreprise (à hauteur de 100 000 €) au capital de la société catalane EcoTech Ceram, fondée par Antoine Meffre et conceptrice de solutions de stockages pour valoriser les chaleurs des industries.

Le groupe souhaite renforcer sa présence sur les trois régions fortes d'Île-de-France, Occitanie et PACA. Après une agence à Aix-en-Provence, Steve Arcelin annonce qu'Akuo Energy ouvrira une à Toulouse en 2018, accompagnée de recrutements.

Avec 1 144 MW en opération, en construction ou en cours de financement à fin 2017, Akuo Energy se revendique "premier producteur indépendant français d'énergie renouvelable". Il compte des filiales dans 14 pays (France, États-Unis, Uruguay, Croatie, Bulgarie, Dubaï, Indonésie, Turquie, Australie, Monténégro, Mongolie, République Dominicaine, Mali et Luxembourg) et 340 collaborateurs. Akuo Energy a enregistré 187 M€ de ventes d'électricité (MWh électriques et thermiques) à fin 2017. Le groupe vise une capacité installée globale de 3 500 MW d'ici 2022.

Pierre Rabhi et le colibri

L'agro-écologiste Pierre Rabhi, était présent à la pose de la 1ère pierre du parc photovoltaïque du Bousquet d'Orb. Il donnait ensuite une conférence à Bédarieux sur la thématique « Pour une convergence des consciences ».

Pierre Rabhi était déjà venu à Bédarieux en 2012, pour l'inauguration du parc municipal qui porte son nom.

« La sobriété est un acte politique d'une force extraordinaire, rappelle-t-il. Comme le rappelle la légende amérindienne du colibri, si chacun de nous fait le peu qu'il peut avec conviction, nous ferons tous énormément. Cela nous ramène à la responsabilité de chacun. [...] L'idéal est une détermination paisible qui nous engage vraiment dans notre âme et conscience et dans notre libre arbitre pour participer avec toute l'énergie dont nous disposons au changement du monde ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2018 à 20:53 :
L'énergie "propre", ça n'existe pas. Pierre Rabhi, attention à ne pas vous faire embarquer dans une barque qui n'est pas la vôtre ... ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :