Le secrétaire d’État Sébastien Lecornu accélère la future Cleantech Vallée à Aramon

 |   |  566  mots
Sébastien Lecornu (au centre), lors de sa visite sur l’ancien site de la centrale d’Aramon, le 26 avril 2018.
Sébastien Lecornu (au centre), lors de sa visite sur l’ancien site de la centrale d’Aramon, le 26 avril 2018. (Crédits : Lodi Franck / SIPA)
Le 26 avril, Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, était à Aramon (30) sur le site de l’ancienne centrale thermique pour préparer la signature du Contrat de transition écologique. Basé sur le programme « Énergie du Gard » porté par EDF et les acteurs économiques et institutionnels, il vise à donner une nouvelle vie au site en développant une « Cleantech Vallée ».

Sébastien Lecornu, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, était en déplacement dans le Gard le 26 avril. Après une visite du CEA de Marcoule sur la thématique du démantèlement nucléaire, il se rendait à Aramon pour rencontrer les acteurs publics et privés du territoire et définir les grandes orientations du futur Contrat de transition écologique (CTE) sur le territoire de la communauté de communes du Pont du Gard et de l'agglomération du Gard rhodanien.

Après l'arrêt définitif de la centrale d'Aramon en avril 2016 (redéploiement d'une centaine de salariés et la perte de 30 % de recettes fiscales), la délégation régionale Occitanie d'EDF et la DPIT (direction production ingénierie thermique), ainsi que la Communauté de Communes du Pont du Gard (CCPG) et la Communauté d'Agglomération du Gard Rhodanien, ont fait le choix de prioriser la redynamisation économique du territoire en signant la convention « Énergie du Gard ».

Cette ambition de reconversion industrielle, s'appuyant sur la présence de secteurs stratégiques au niveau local (bâtiments économes, économie circulaire, chimie verte, transports propres, énergie décarbonée, déconstruction), se traduit par le développement d'un projet de « Cleantech Vallée », un écosystème accélérateur de compétitivité et de croissance écologique et solidaire, créateur d'emplois.

Co-constuction

Un diagnostic dynamique du territoire avait rapidement fait émerger des pistes de travail autour des Cleantech : valorisation des déchets, déconstruction, développement des ENR, accompagnement des PME TPE du territoire sur de nouveaux marchés, etc.

Ce programme de co-construction fera donc l'objet d'un CTE permettant d'accompagner les acteurs publics et privés du territoire. Sébastien Lecornu a ainsi participé à une réunion avec les élus locaux et les entreprises mobilisés dans cette mutation industrielle. Le contrat de transition écologique sera signé avec l'État en juin prochain.

Le secrétaire d'État avait lancé en janvier 2018 les concertations sur les Contrats de transition écologique avec la Communauté urbaine d'Arras et avec le département de la Corrèze. Le Gard sera donc le 3e CTE engagé, et Sébastien Lecornu a dévoilé la liste cinq autres territoires engagés dans l'élaboration d'un CTE : les territoires de Saint-Avold, Le Havre, Cordemais et Gardanne suite à l'arrêt de la production à base de charbon, ainsi que la Communauté d'agglomération Territoire Côte Ouest à La Réunion.

Enthousiasme et inventivité

« L'arrêt définitif de la centrale thermique d'Aramon en avril 2016 a soulevé des inquiétudes légitimes sur l'avenir économique et social du territoire, a déclaré Sébastien Lecornu. Mais l'enthousiasme, l'inventivité et le dynamisme exprimés ce jour démontrent à quel point la transition écologique est une solution pour la reconversion industrielle d'un territoire. Cette méthode de concertation, nous allons l'engager dans vingt territoires en 2018 pour impliquer pleinement les élus, les entreprises, l'État et les citoyens dans une dynamique de mutation économique par l'écologie. »

« L'engagement du groupe EDF, qui repose sur une stratégie d'ingénierie territoriale, a permis de faire levier pour que d'autres partenaires s'engagent également, observe de son côté l'énergéticien français. L'ensemble des métiers et filiales du groupe développent dorénavant leur projet dans un environnement favorable et propice au développement économique et écologique. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :