400 vignerons coopérateurs audois se lancent dans un projet éolien

 |   |  686  mots
Robert Broto, Bruno Parolin et Daniel Sendrous (président de la SODEL).
Robert Broto, Bruno Parolin et Daniel Sendrous (président de la SODEL). (Crédits : DR)
Trois caves coopératives de 400 vignerons audois ambitionnent d’implanter 20 éoliennes sur quatre communes, pour une capacité installée de 50 MW. Un projet, présenté sur le récent salon Energaïa, qui traduit la volonté de ces acteurs économiques de porter la transition écologique tout en faisant bénéficier le territoire des retombées générées par ses propres ressources naturelles.

Ils ne veulent plus regarder les éoliennes tourner sans eux, et entendent bien tirer profit commun de cette énergie naturelle inépuisable que constitue le vent du pays audois... Quelque 400 vignerons de trois caves coopératives audoises se lancent dans un projet de développement de parcs éoliens sur leur territoire, présenté sur le salon Energaïa, à Montpellier, qui s'est clôturé le 13 décembre.

« Depuis plus de vingt ans, on a laissé des investisseurs intervenir sur nos territoires sans retombées pour le local, et on ne veut plus ça, martèle Bruno Parolin, vigneron audois et administrateur de la Sodel, la structure créée par les trois caves coopératives viticoles. Aujourd'hui, nous souhaitons que ces projets aient un sens économique pour le local. »

Ce projet coopératif porte sur l'implantation de 20 éoliennes réparties en quatre parcs, sur les communes de Escales, Conilhac-Corbières, Tourouzelle, Montbrun-des- Corbières. La capacité totale installée serait de 50 MW, permettant de répondre à la consommation électrique annuelle de 69 500 habitants.

Un projet à 50 M€

Les adhérents des trois caves (Les 2 Terroirs de Tourouzelle et Escales, la cave L'Avenir de Montbrun-des-Corbières et la cave Le Chai des Vignerons de Lézignan-Corbières et Conilhac-Corbières) ont créé la Société de développement économique du Lézignanais (SODEL), laquelle s'est associée à l'énergéticien suisse EOS Wind.

« L'idée, c'est de travailler autour du parc existant du Cers (dix machines de près de 20 ans d'âge qui seront remplacées par cinq plus récentes, NDLR) et d'y ajouter cinq autres éoliennes derrière sur un plateau de garrigues, cinq sur Tourouzelles et cinq sur Montbrun », explique Robert Broto, vigneron, président de la cave coopérative de Montbrun et membre fondateur de la SODEL.

Le projet des quatre parcs éoliens est estimé à 50 M€, financés à 21 % (10 M€ environ) par les caves coopératives (7 % chacune) et le reste par EOS Wind. Le capital de chaque société de projet (une pour chaque parc éolien) sera détenu, à leur création, à 40 % par la SODEL et 60 % par EOS Wind. Lors de la mise en service des parcs éoliens, la SODEL aura le choix entre céder sa participation ou rester actionnaire (tout ou partie) pour toute la durée d'exploitation.

« Pour compléter le financement, si besoin, on fera appel à la Région, le Département, les banques, précise Robert Broto. Une cave peut...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :