Suez Eau France engagé dans les enjeux de santé publique

 |   |  799  mots
Maximilien Pellegrini, Directeur Général Délégué en charge des activités Eau en France
Maximilien Pellegrini, Directeur Général Délégué en charge des activités Eau en France (Crédits : Frédéric Maligne)
Acteur pionnier des solutions connectées et digitales appliquées à la gestion durable des ressources, le groupe Suez développe des services innovants à forte valeur ajoutée, notamment à destination des professionnels de santé. Explications avec Maximilien Pellegrini, Directeur Général Délégué en charge des activités Eau en France.

Dans le cadre du Forum Santé Innovation organisé par La Tribune, vous avez participé à une table ronde sur l'innovation technologique et la médecine. Quel intérêt porte le groupe Suez à ces thématiques ?

Maximilien Pellegrini : Notre métier est par essence un métier centré sur les enjeux de santé publique. Suez Eau France fournit de l'eau potable à près de 13 millions de personnes, cela induit une responsabilité extrêmement lourde vis à vis des collectivités et de leurs habitants. Par ailleurs, avec la digitalisation, nos métiers ont beaucoup évolué en particulier pour accompagner la performance opérationnelle et la sureté des systèmes d'approvisionnement en eau potable. Cela constitue un formidable levier pour répondre aux défis environnementaux et de qualité de vie auxquels nous sommes collectivement confrontés.

Comment la digitalisation trouve-t-elle son application dans vos métiers?

M. P. : Après avoir été orientée en interne pour gérer au mieux nos systèmes, la digitalisation est aujourd'hui axée sur les services additionnels les plus pertinents pouvant être apportés aux clients. La nouvelle génération de compteurs communicants qui fait appel à l'internet industriel des objets, place les usagers au cœur du dispositif.

Depuis plus de 10 ans, Suez est leader européen des compteurs d'eau intelligents. Quels sont leurs champs d'application ?

M. P. : Les champs d'application sont multiples. Ils concernent à la fois l'amélioration de la performance du service grâce à un comptage plus juste, la détection immédiate d'anomalies et l'amélioration du rendement de réseau du fait de l'identification rapide des fuites. Les compteurs intelligents offrent également de nombreuses opportunités en matière de services aux usagers. De fait, nous avons développé une large gamme de solutions permettant de tracer en temps réel les profils de consommation d'eau. Déployée sur 2 millions de compteurs en France, pour le compte des collectivités et des gestionnaires de parcs d'activités, la solution ON'connect, initialement conçue pour faciliter la relève et la facturation des consommations d'eau, permet donc aujourd'hui de développer des services innovants pour les villes et leurs habitants. Relevés de compteurs à distance, alerte en cas de consommation d'eau anormale, détection de fuites... Les foyers bénéficiant du service peuvent désormais mieux comprendre et maitriser leur consommation d'eau.

En quoi ces applications peuvent-elles être utiles au domaine de la santé ?

M. P. : Dans un contexte de vieillissement de la population, améliorer l'autonomie des personnes âgées et favoriser leur maintien à domicile est un enjeu croissant. Pour répondre à cet enjeu, et partant du postulat que l'eau est le meilleur traceur de l'activité humaine, nous avons développé la solution ON Connect Generation à destination des personnes âgées isolées et des professionnels en charge de résidences publiques ou privées. Grâce au recueil puis à l'interprétation des données objectives de consommation d'eau journalière, ce service d'accompagnement préventif caractérise les habitudes de vie et décèle des comportements inhabituels (ruptures de routines) : douche nocturne, repas sautés, défaut d'hydratation, abandon de tâches ménagères sont autant de signaux pouvant indiquer un danger. Les notifications envoyées aux proches ou aux aides soignants permettent de déclencher une prise en charge rapide des seniors concernés.

L'application est-elle déjà commercialisée ?

M. P. : Il est en effet, d'ores et déjà, possible, pour un particulier, de souscrire à cette solution via notre partenaire Vitaris. Pour les collectivités et les professionnels de la santé, l'offre est également disponible, elle varie selon la taille et le dimensionnement du projet. Pour aller plus loin, avec le CHU et le CCAS de Nice, nous avons mis en place un pilote concernant 20 seniors de la résidence autonome Saint-Jean-d'Angély. Ce pilote vise à déterminer des profils de consommation personnalisés permettant de détecter d'éventuelles dérives d'usages en lien avec certaines pathologies. Nous réfléchissons, avec nos partenaires niçois, à élargir cette expérimentation à une cohorte de plusieurs milliers de personnes.

Ce type d'applications n'a-t-il pas un caractère un peu intrusif ?

M. P. : Non pas du tout, car c'est l'usager ou la résidence qui en font la demande. Ce service, conforme à la réglementation RGPD, a pour objectif d'accroître le bien-être des usagers de la ville tout en contribuant aux politiques publiques en matière de maintien à domicile.

La région Occitanie est-elle réceptive ?

M. P. : La ressource en eau est particulièrement sensible en Occitanie où nous avons mis en place environ 150 000 compteurs intelligents.  Le bassin économique de cette région est très dynamique (start up...), charge à nous de proposer des solutions qui fassent sens avec le territoire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :