Biomimétisme marin : Seaboost mesure l’impact de ses nurseries maritimes artificielles

 |  | 580 mots
Lecture 3 min.
Seaboost installe des dispositifs de rochers artificiels, sortes de nurseries maritimes pour poissons juvéniles.
Seaboost installe des dispositifs de rochers artificiels, sortes de nurseries maritimes pour poissons juvéniles. (Crédits : Seaboost)
Filiale du groupe Egis, le montpelliérain Seaboost développe une activité d’ingénierie pour rendre les ouvrages maritimes proactifs pour la biodiversité. Dans la rade de Toulon, Seaboost développe un partenariat avec l'Ifremer pour évaluer l’efficacité de son dispositif de rochers artificiels, sorte de nurseries à poissons. Le 29 septembre, elle était désignée lauréate de l’appel à projet « Avenir littoral » 2020, avec dix autres entreprises innovantes de l’économie bleue.

Rendre des ouvrages maritimes proactifs pour la biodiversité, tel est l'ambition de Seaboost, filiale du groupe Egis céée en 2013 à Montpellier grâce à des dispositifs de rochers artificiels, sorte de nurseries maritimes pour poissons juvéniles.

Elle participe notamment à un projet de reconquête de la biodiversité marine au Cap d'Agde (34). Baptisé Recif'Lab, cette commande d'envergure (le budget global est de 1,2 M€) a déjà permis à Seaboost d'immerger 32 récifs artificiels réalisés en béton grâce à des imprimantes 3D.

"Sur Recif'Lab, nous sommes en phase de finalisation du dernier lot : un récif artificiel consacré à la pratique de la plongée, une première en France, explique Martin Perrot, COO de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :