ReSeaclons crée une filière de valorisation des déchets plastiques en mer

 |  | 849 mots
Lecture 4 min.
Les pêcheurs collectent et ramènent à quai les déchets plastiques pris dans leurs filets, qui seront ensuite traités dans la filière de recyclage mise en place par ReSeaclons.
Les pêcheurs collectent et ramènent à quai les déchets plastiques pris dans leurs filets, qui seront ensuite traités dans la filière de recyclage mise en place par ReSeaclons. (Crédits : ReSeaclons)
Au Grau-du-Roi dans le Gard, le projet ReSeaclons s’inquiète des 700 tonnes de plastiques qui sont déversés tous les jours dans les eaux de la Méditerranée. Pour déployer son ambition de contribuer à supprimer les plastiques de la mer, ReSeaclons met en place une économie circulaire et créer une filière de recyclage intégrale, suivant un modèle économique inédit. Quatre ports de la région sont déjà partenaires de l’initiative, qui étend ses ramifications aussi sur le littoral atlantique.

« 700 tonnes de plastique déversées chaque jour en mer Méditerranée, l'équivalent en poids de 35 camions en confettis ». Le projet ReSeaclons, né au Grau-du-Roi dans le Gard, opte pour les chiffres choc. Et il en rappelle d'autres : 3,5 millions de tonnes de plastiques fabriqués en France chaque année. Seulement 22 % recyclés. Ou encore plus de plastiques que de poissons dans les océans en 2050.

C'est sur la base de cette inquiétude écologique qu'est né le projet-pilote ReSeaclons en 2018, puis une association éponyme en mars 2019, soutenue par l'Institut marin Seaquarium du Grau-du-Roi. Mais surtout, en deux ans, c'est un modèle d'économie circulaire qui a été élaboré et est en cours de déploiement.

La région Occitanie compte quelque 220 km de littoral, quatre ports de pêche principaux et la première flottille de pêche de Méditerranée. Elle est aussi la région touristique la plus fréquentée de France. La question de la pollution aux plastiques y est donc un vrai sujet de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2020 à 9:11 :
On ne dit pas d'ailleur que la médittéranée est la prochaine mer d'aral tellement qu'elle est polluée ?

C'est une bonne initiative, ne pas oublier que c'est 2 millions de tonnes de déchets qui sont déversés dans nos océans chaque mois et nos dirgeants à la botte des pollueurs ne font strictement rien

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :