Repowering éolien : l’un des premiers chantiers de France lancé à Rivesaltes

Dans les Pyrénées-Orientales, GEG ENeR remplace ses éoliennes vieilles de 20 ans par un parc nouvelle génération. Ce chantier de repowering, parmi les premiers en France, permettra une production d’énergie augmentée de près de 50%. Au moins 95% des matériaux de l’ancien parc seront recyclés.

3 mn

« La loi impose un recyclage des matériaux à hauteur de 90%, nous prévoyons au moins 95% », annonce Nicolas Fléchon, directeur de GEG ENeR, sur le site éolien de Rivesaltes.
« La loi impose un recyclage des matériaux à hauteur de 90%, nous prévoyons au moins 95% », annonce Nicolas Fléchon, directeur de GEG ENeR, sur le site éolien de Rivesaltes. (Crédits : DR)

Alors que la question du devenir à long terme des parcs éoliens revient régulièrement dans les débats, et, avec elle, celle du recyclage des matériaux, le chantier en cours sur le site de Rivesaltes, dans les Pyrénées-Orientales, offrira sous peu l'un des tout premiers retours d'expériences de repowering en France.

« Il ne s'agit pas de procéder à quelques modifications mais de remplacer la totalité des équipements », explique Nicolas Fléchon, directeur de GEG ENeR, exploitant du site et filiale de la société d'économie mixte GEG.

Moins d'éoliennes, moins de nuisance, plus d'énergie

Les huit éoliennes sur place depuis 20 ans sont en cours de remplacement par six éoliennes nouvelle génération. Bien qu'inférieures en nombre, celles-ci permettront de passer d'une puissance installée de 7,6 MWà 11,2 MW, de quoi faire grimper la production annuelle du parc de 15GWh à 22GWh.

« Nous nous sommes posé la question de faire vieillir plus longtemps le parc. Un audit a été réalisé, qui a comparé tous les critères en termes techniques, environnementaux, de paysages, acoustiques... », explique Antoine Charrier, chef de projet chez GEG, pour qui, sur tous les plans, ce repowering est valable.

Si elles sont légèrement plus hautes que les précédentes (70 m contre 63 m pour deux d'entre elles, et 100 m contre 99 m pour les quatre autres), « un effort visuel est fait avec ces nouvelles éoliennes qui sont moins nombreuses, et d'un point de vue acoustique, l'empreinte du parc sera réduite de 2 à 4 décibels », précise-t-il.

Ce chantier coûtera 20 millions d'euros à GEG ENeR et s'achèvera à la fin de l'été 2022 pour une entrée en production prévue en septembre.

Les pales transformées en mobilier urbain ?

Concernant le recyclage des matériaux, « la loi impose un recyclage à hauteur de 90%, nous prévoyons au moins 95% », indique Nicolas Fléchon. Le béton présent dans le sol sera concassé pour être réutilisé, par exemple en remblais, et l'acier des mâts sera refondu...

Dans le cadre de projets avec des étudiants en design de Grenoble, il est également envisagé de transformer les pales en mobilier urbain.

Les élus de Perpignan Méditerranée Métropole et de la CCI des Pyrénées-Orientales, qui ont visité le site le 25 mai, ont tous souligné l'importance de ce chantier pour l'économie locale. En effet, outre l'augmentation des taxes qui apportera des recettes supplémentaires pour le territoire (120.000 euros/an au total), ce chantier mobilise notamment des acteurs locaux.

« Nous avons décroché ce marché dans le cadre d'un groupement d'entreprises avec Camar, ECL, Béton 66 et Gonzalez BTP », explique Pierre-Alain Dumas, de l'entreprise de travaux publics Razel-Bec.

Une quarantaine de salariés locaux travaillent ou vont travailler sur ce chantier.

La commune de Rivesaltes, qui atteignait déjà l'équilibre énergétique, deviendra en outre un territoire à énergie positive.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.