"Les levées de fonds se sont multipliées en trois ans"

 |   |  637  mots
A. Rey (Objectif Languedoc-Roussillon), S. Andrieu (CCi de Montpellier), B. Fourcade (CCI L-R),  F. Lafon (FBF), J-F. Ponzio (bpifrance)
A. Rey (Objectif Languedoc-Roussillon), S. Andrieu (CCi de Montpellier), B. Fourcade (CCI L-R), F. Lafon (FBF), J-F. Ponzio (bpifrance) (Crédits : Christine Caville)
Organisé par la CCI de Montpellier en lien avec les institutionnels, les banques, et les organismes spécialisés, le 2e Forum du financement d'entreprise s'est tenu le 19 mars au Corum. La plénière se centrait sur l'accélération de croissance, et les outils pour la financer.

Organisé par la CCI et positionné comme rendez-vous incontournable des entreprises, institutionnels, banques et organismes de financement, le 2e Forum annuel du financement s'est tenu le 19 mars au Corum de Montpellier. Entre entretiens particuliers et tables rondes, la séance plénière, de 11h30 à 12h30, a mis l'accent sur un point crucial : l'accélération de la croissance par le financement.

Selon André Deljarry, président de la CCI de Montpellier, "le financement est une problématique majeure des 32 000 chefs d'entreprise de de la région Languedoc-Roussillon. Le fait de créer des opportunités d'échanges dans la recherche de fonds est quelque chose de vital. Depuis 3 ans, l'on mesure bien les attentes des chefs d'entreprises : les levées de fonds se sont multipliées alors que l'économie est en grande mutation".

Président de la CCI Languedoc-Roussillon, Bernard Fourcade insiste sur le besoin de modifier les habitudes de financement :

"Il y a une mutation en cours, où l'on voit que le chef d'entreprise prendre l'habitude d'ouvrir son capital en complément des autres dispositifs comme le prêt bancaire. Partager son capital, ce n'est pas encore quelque chose de courant. Mais si l'on veut développer notre économie, il va falloir passer par-là."

+ 2,2 % de crédits aux entreprises

Chantal Marion, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole, explique que "le travail principal de la Métropole est d'accompagner les start-ups, notamment grâce au BIC". Du côté de la Région, le vice-président Frédéric Lopez présente une institution "préoccupée par le financement des entreprises, notamment les TPE et PME, avec une mobilisation de professionnels sur le terrain".

Jean-François Ponzio est délégué financement garantie chez bpifrance. L'une des facettes principales de son organisme concerne les prêts sous garantie dédiés aux dépenses immatérielles :

"C'est quelque chose qui est utile, par exemple, pour une entreprise qui cherche un levier de croissance à l'international. Ce genre de démarches nécessite des frais d'avions, d'avocats, de traduction pour modifier le site internet. Nous pouvons aussi financer du comporel, mais l'on préfère faire un focus  sur le financement de l'immatériel, parce que ça vient en complément de l'activité des banquier".

Un complément bancaire qui, selon Françis Lafon, représentant de la Fédération bancaire française se porte bien : "En 2014, il y a eu une hausse des crédits de 2,2% en France, alors qu'il y a eu une baisse dans la zone euro", dit-il avant de mettre en garde :

"Les entreprises peuvent mourir en bonne santé : elles peuvent user et abuser de découverts. Mais elles doivent en réalité garder de la trésorerie, du fonds de roulement à bon niveau, sinon elles vont droit dans le mur".

Anticiper pour réussir

L'impérieuse nécessité pour une entreprise, c'est de prévoir sa croissance : "Une entreprise qui est en pleine croissance, c'est une entreprise qui doit engager des frais supplémentaires pour son développement, explique Jean-François Ponzio de Bpifrance. Si l'entreprise n'anticipe pas, ses difficultés du moment peuvent l'empêcher d'accéder à un prêt".

Pour anticiper, la principale clé est de s'entourer. Un exemple parmi d'autres, celui de Anne-Lise Ughetto de la société Biotope de Mèze (34) : "En 2009, parmi plusieurs aides, nous avons bénéficié d'Astre de la Région. Alors que nous étions à 30 % de croissance, l'enjeu était de pouvoir investir dans des locaux, des voitures, des choses simples pour nos salariés. Il y avait aussi un volet accompagnement sur le business plan".

Selon elle, "la recherche de financement ne doit pas être quelque chose de prioritaire tout le temps, il faut d'abord aller chercher des clients". Elle rajoute : "il faut savoir diversifier ses sources de financement".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :