La Banque Populaire du Sud met la « data » au service de ses clients

 |   |  565  mots
Frédéric Mercier, directeur général adjoint de la Banque Populaire du Sud
Frédéric Mercier, directeur général adjoint de la Banque Populaire du Sud (Crédits : DR)
En collaboration avec les acteurs majeurs de l’écosystème régional, la Banque Populaire du Sud travaille sur un programme innovant destiné à valoriser ses données numériques. Son objectif ? Mieux conseiller ses clients.

Avec pas moins de 560 000 clients, 224 000 sociétaires et 240 agences, la Banque Populaire du Sud a su s'implanter durablement sur le territoire du sud de l'Occitanie, de Perpignan à Nîmes. Une banque coopérative régionale pour laquelle le virage vers de nouvelles pratiques digitales innovantes sonnait comme une évidence.

« Nous faisons partie d'un groupe bancaire national, BPCE (Banque Populaire et Caisse d'Épargne, NDLR), qui travaille déjà sur les meilleurs usages possibles de la « data », la donnée numérique. Malgré tout, nous avons souhaité prendre l'initiative d'une démarche régionale », explique Frédéric Mercier.

Selon le directeur général adjoint de la Banque Populaire du Sud, cet ambitieux programme « data » s'articule autour d'un questionnement simple : « Comment mieux utiliser la masse de données dont nous disposons pour proposer à nos clients les offres et services susceptibles de les intéresser au moment le plus opportun pour eux ».

Marketing ciblé

Analyser à bon escient le comportement des clients permettrait ainsi de déterminer si c'est ou non le bon moment pour proposer certains produits spécifiques aux clients, comme un prêt immobilier, des produits d'assurance, des services de banque à distance ou encore une offre destinée aux familles.

Alors que les consommateurs sont saturés de propositions commerciales, ce marketing ciblé paraît des plus pertinents pour une banque qui offre une gamme de plus de 250 produits différents.

Bien sûr, les données bancaires contiennent des informations personnelles sensibles.

« L'exploitation de ces données se fait exclusivement dans l'intérêt légitime du client. Nous avons une responsabilité juridique et morale qui implique de garder la plus stricte confidentialité et une très grande rigueur quant à l'interprétation des textes régissant le RGPD », insiste Frédéric Mercier.

Ce programme novateur est aussi l'occasion pour l'établissement bancaire de renforcer ses relations avec des acteurs majeurs de l'écosystème régional. À commencer par l'Université de Montpellier, qui vient d'inaugurer son Institut de Science des données (ISDM). La Banque Populaire du Sud en est un des partenaires privés, elle a également candidaté au financement d'une thèse de doctorat dans le cadre d'un appel à projet de l'Agence Nationale de la Recherche.

Une autre collaboration est en cours avec l'université de Perpignan autour d'un sujet de société majeur : l'écoresponsabilité.

Plus de moyens pour les conseillers

Si les données sont traitées grâce à des algorithmes complexes, pas question de remplacer les conseillers par des robots.

« L'outil informatique et l'analyse de la data contribuent à récolter des milliers d'informations, à les mettre en forme et à les prioriser avant de les transmettre aux conseillers de clientèle. Il s'agit bien avant tout de donner plus de moyens à nos conseillers, bien qu'ils connaissent déjà très bien leurs clients », rassure le directeur général adjoint.

Ces outils innovants vont, en outre, permettre à l'entreprise, qui emploie plus de 2000 collaborateurs, d'anticiper les pics d'activité en fonction des volumes de dossiers à traiter.

Et Frédéric Mercier de conclure : « La banque est un métier concurrentiel : le client est libre de choisir, nous devons lui fournir le meilleur service. Et cela passe par l'humain ! ».

La Banque Populaire du Sud est partenaire du Lab'Tribune, qui se déroule ce jeudi 27 février à Montpellier sur le thème « Réseaux sociaux et intelligence artificielle : les nouveaux codes pour booster son business ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :