La Fédération LRMP des travaux publics naîtra en fin d'année 2016

 |   |  492  mots
Olivier Giorgiucci, président de la FRTP LR, et Thierry Le Friant, son homologue de la FRTP M-P, réunis le 10 février à Montpellier
Olivier Giorgiucci, président de la FRTP LR, et Thierry Le Friant, son homologue de la FRTP M-P, réunis le 10 février à Montpellier (Crédits : Anthony Rey)
Les Fédérations des travaux publics en L-R et en M-P ont annoncé, le 10 février, leur rapprochement au sein d'une association provisoire, en vue d'une fusion définitive prévue fin 2016. Un moyen de peser sur le lancement d'un plan d'urgence, pour lequel elle propose une liste de projets déjà ciblés.

Olivier Giorgiucci, président de la Fédération régionale des travaux publics Languedoc-Roussillon (FRTP LR), et Thierry Le Friant, son homologue de la FRTP Midi-Pyrénées, ont annoncé, le 10 février, le rapprochement des deux organisations au sein d'une nouvelle association baptisée "Travaux Publics LRMP". Co-présidée par les deux mêmes, elle aura vocation à se dissoudre en fin d'année 2016, date fixée pour la fusion des deux fédérations, après l'adoption de nouveaux statuts, d'un nouveau mode de fonctionnement, etc.

Éviter "la catastrophe"

Saluant à nouveau l'annonce par Carole Delga, en janvier dernier, d'un "plan Marshall" de 800 M€ pour soutenir le secteur des BTP, Olivier Giorgiucci et Thierry Le Friant ont pressé la présidente de Région et l'ensemble des partenaires publics d'identifier "les opérations à soutenir d'urgence" dès 2016, sous peine d'encaisser "une année catastrophique en terme d'impact sur l'emploi", après deux exercices très difficiles (perte d'un quart de l'activité et de 10 % des effectifs depuis 2009).

"Nous avons eu une année 2015 difficile, et nous anticipons un nouveau recul en 2016, estime Olivier Giorgiucci. Mais cette baisse n'est pas inéluctable. En quelques semaines nous avons observé la mise en place par l'État d'un fonds de soutien à l'investissement des collectivités locales, des signaux positifs donnés par la Région dans son budget et dans l'aide aux communes, l'éligibilité de l'entretien routier au Fonds de compensation pour la TVA à des taux d'intérêt très bas, et l'annonce d'un plan routier, même maintenu au niveau de 2015..."

Des chantiers et des outils

Les deux dirigeants ont précisément évoqué des opérations déjà inscrites dans le contrat de plan État-Région 2015-2020 : les chantiers de l'axe Toulouse-Rodez (RN88), Toulouse-Auch (RN124) et d'autres opérations de moindre envergure côté Midi-Pyrénées, ainsi que les chantiers de l'aire du Bosc (A75), des déviations de Pézenas, de Lunel et de Baillargues/Saint-Brès, du pont de la déviation de Mende, et la continuité de la RN116 dans les Pyrénées-Orientales côté Languedoc-Roussillon.

L'association propose, en outre, la mise en place d'une cellule technique d'urgence dans chaque département, capable d'identifier les chantiers prêts à démarrer et pour lesquels un co-financement a déjà été instruit, "afin d'éviter que cet argent ne soit pas dépensé en fin de période, faute d'avoir fléché ces dossiers", selon Olivier Giorgiucci.

"D'autres outils existent, tels que le "Small Business Act" qu'a lancé Toulouse Métropole, cite Thierry Le Friant. Cette procédure, tout en respectant le code des marchés publics, favorise les allotissements les plus optimisés possibles et le versement d'acomptes pouvant aller jusqu'à 30 % sous une limite de 100 000 €. Il peut être facilement duplicable par d'autres collectivités en LRMP."

La future fédération LRMP des travaux publics rassemblera 2 000 entreprises (25 000 salariés), pour un chiffre d'affaires global de 3,5 Mds €.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :