La gare de Manduel électrise les États généraux du rail à Nîmes

 |   |  338  mots
Près de 200 personnes ont pris part aux débats
Près de 200 personnes ont pris part aux débats (Crédits : Thomas Tedesco)
Près de 200 personnes ont assisté, Lundi 25 avril, au débat organisé à Nîmes (30) par le Conseil régional, dans le cadre des États généraux censés définir la stratégie du LRMP à vingt ans. Au programme : gare TGV de Manduel et trafic TER ont nourri le débat.

Les échanges furent vifs et (presque) toujours courtois. Près de 200 personnes ont pris part, au soir du lundi 25 avril, aux États généraux du rail organisé à Nîmes (30) par la Région LRMP. Dans le hall du Lycée Dhuoda, élus, militants associatifs ou simples contribuables ont pu donner leur avis ou simplement écouter les réflexions des uns et des autres sur ce travail de réflexion entamé sur l'ensemble du territoire régional.

Divisions autour de la gare de Manduel

Parmi les sujets abordés, la gare TGV de Manduel (30) a monopolisé une partie des débats et la plus large partie de l'audience présente y est opposée.

"Si cette gare se fait, ce sera encore un gare betterave qui se fera en dépit du bon sens pour les usagers, les finances publiques et l'environnement", prévient Vincent Bouget, président du PCF 30.

Ramenant un peu de pondération sur ce débat clivant, Jean Denat (conseiller régional PS, et ancien président du Conseil départemental du Gard) a posé :  "Il faut que l'on connaisse le niveau d'engagement des collectivités sur le financement de cet équipement et leurs capacités à éventuellement revenir dessus. En outre, quelle sera l'influence de la gare de la Mogère à Montpellier sur le trafic vers Nîmes Centre, en l'absence de gare à Manduel ?"

Les TER en question

Au sujet des TER, plusieurs élus ont plaidé pour un maintien et un développement des lignes existantes. Ainsi, Bernard Clément (maire de Domessargues) a rappelé : "Il faut sauvegarder ce qui existe. Dans la Vaunage (au nord-ouest de Nîmes, NDLR) la ligne a été fermée et aujourd'hui ce sont 25 000 voitures qui circulent là où jadis passaient des trains."

Les réflexions émises lors des différentes réunions organisées en région et partagées sur le site internet www.regionlrmp/rail seront remises au Conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) qui rendra ses propositions le 30 juin 2016 au plus tard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :