Baillargues : un an de travaux pour supprimer le passage à niveau 33

 |   |  732  mots
(Crédits : Edouard Hannoteaux)
Le 15 novembre, les financeurs des travaux de suppression du passage à niveau de Baillargues (34) étaient réunis pour assister au lancement du chantier (9,5 M€). La mise en service du pont-rail et des nouveaux aménagements routiers est prévue pour novembre 2018.

« La 1e étude remonte à 2007... dix ans pour poser une première pierre ! », s'exclame le préfet de l'Hérault Pierre Pouëssel, un brin nostalgique de « l'État bâtisseur des années 1960 » qui a vu La Grande Motte sortir de terre en quelques années...

Dix années, c'est donc le temps qu'il aura fallu pour que démarre le chantier de suppression du passage à niveau 33 sur la commune de Baillargues (34), dont la première pierre était symboliquement posée le 15 novembre 2017 en présence de tous les partenaires financiers de l'opération.

Le tristement célèbre passage à niveau 33, théâtre de trop nombreux accidents tragiques, est inscrit au programme de sécurisation national dont la suppression ou l'équipement est prioritaire (ils sont 33 en Occitanie, sur 1 286 passages à niveau).

Un an de travaux

Le chantier, sous maîtrise d'ouvrage SNCF Réseau, a démarré en septembre 2017 et consiste à remplacer le passage à niveau par un pont-rail pour permettre le passage de la route sous la voie ferrée, et à créer une route de raccordement au rond-point Philippe Lamour.

Les travaux dureront un an. Après l'installation du chantier, ce sont les travaux routiers au sud de la voie ferrée qui se dérouleront jusqu'en décembre (nouvelle bretelle d'accès vers le golf et nouveau carrefour giratoire sud). Dans le même temps, et jusqu'en mars 2018, aura lieu la préfabrication du pont-rail sur place.

Il sera posé entre le 31 mars et le 2 avril 2018, l'opération nécessitant une coupure des circulations routières et ferroviaires durant 48 heures. La nouvelle route passant sous le pont-rail sera alors réalisée d'ici août 2018.

L'ensemble des nouveaux équipements sera mis en service en novembre 2018.

Jouer groupés

Le montant total des travaux s'élève à 9,5 M€, financés par SNCF Réseau et l'État (49,2 %), le Département de l'Hérault (23,3 %), Montpellier Méditerranée Métropole (13,7 %, 1,34 M€), la Région Occitanie (8,8 %, 860 000 €)) et la Ville de Baillargues (5 %, 630 000 €).

Un multi-partenariat et une unité salués par tous, et notamment par Yvon Pellet, conseiller général représentant le président du Département de l'Hérault, Kléber Mesquida : « Aujourd'hui, l'argent public se fait rare, il faut jouer groupés et intelligemment ».

« Montpellier Méditerranée Métropole a accompagné les travaux de suppression de ce passage à niveau à hauteur de 1,34 M€, ajoute Philippe Saurel, président de la Métropole montpelliéraine. Avec ce projet, elle participe à la mise en cohérence des réseaux de transport sur le territoire... Le rail ne doit pas être tenu à l'écart, c'est un des modes de transport à soutenir. »

Priorité au train

« La suppression d'un passage à niveau est avant tout une opération de sécurité, déclare Pierre Boutier, directeur territorial SNCF Réseau Occitanie. Elle permettra au pôle d'échanges multimodal de monter en puissance. »

La présidente de la Région Occitanie, Carole Delga, souligne déjà avec satisfaction « le succès de la première phase du pôle d'échange multimodal ».

« En 2013, sa fréquentation était de 17 000 voyageurs, elle a été multipliée par 17 pour monter à 290 000 en 2016, ce qui démontre la pertinence de cet aménagement, déclare-t-elle. Baillargues est aujourd'hui la 1e halte ferroviaire d'Occitanie... Nous avons une ambition pour les pôles d'échanges multimodaux. En 2018, nous créerons ceux de Lunel et Sète, et nous lancerons les études sur Frontignan, Béziers et Carcassonne. La modalité ferroviaire doit être une priorité et nous devons avoir une action particulière sur les trains du quotidien et sur les lignes d'aménagement du territoire. »

Elle n'oublie pas, au passage, de glisser un mot sur la nécessité de la ligne LGV, « indispensable pour le corridor européen mais aussi pour la mobilité dans la région ».

Et la déviation de la RN 113 ?

La suppression de ce passage à niveau coïncide avec la dernière étape d'aménagement du pôle d'échanges multimodal de Baillargues. Sous maîtrise d'ouvrage de la Région Occitanie, ce chantier de 1,9 M€ prévoit l'installation d'une halte routière dotée de quatre quais de bus, l'extension du parking et l'amélioration des cheminements et accès vers les quais.

« La déviation de la RN 113, de plus en plus dangereuse, est plus que jamais indispensable », termine Jean-Luc Meissonnier, maire de Baillargues, s'adressant au Préfet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :