Mounir Mahjoubi : "Les élus ruraux ne veulent plus de zones grises"

 |   |  570  mots
M. Mahjoubi (au centre), aux côtés du préfet de l'Hérault P. Pouëssel, de C. Marion (Métropole), d'élus et de représentants de l'écosystème French Tech
M. Mahjoubi (au centre), aux côtés du préfet de l'Hérault P. Pouëssel, de C. Marion (Métropole), d'élus et de représentants de l'écosystème French Tech (Crédits : Edouard Hannoteaux)
C'est "l'urgence absolue" du gouvernement. En visite à Montpellier, le 17 novembre, Mounir Mahjoubi a annoncé un calendrier précis pour la couverture complète des réseaux mobile et fibre, respectivement en 2020 et 2022. Opérateurs, budget, French Tech et objectifs : le secrétaire d'État au Numérique détaille sa stratégie.

Face à la French Tech Montpellier, Mounir Mahjoubi a promis des "métropoles-hubs" et des zones d'exception territoriales pour "tester les innovations". Au mas numérique de Villeneuve-les-Maguelones (34), il a rencontré 18 maires de communes rurales de l'Hérault et félicité le mas numérique, qui réunit "numérique, vin et nourriture, trois choses que j'adore".

Vous parlez d'une urgence absolue, en matière d'infrastructures numériques...

Oui, le calendrier est clair : ce sera 2020 pour la couverture des zones blanches et grises et 2022 pour le déploiement du réseau très haut débit. Ce sont les priorités. Viennent ensuite les usages et, enfin, dans les territoires ruraux, vient l'innovation. Pour toutes ces raisons, je suis venu parler aux start-ups, mais aussi des sujets des réseaux et de l'accompagnement vers le numérique.

Pourquoi avoir choisi de rencontrer des maires de communes rurales de l'Hérault ?

Je le fais à chaque fois que je me déplace, c'est une habitude prise avec le Premier Ministre.  Nous parlons du très haut débit, mais aussi beaucoup de l'inclusion numérique, et des 13 millions de français qui en sont socialement éloignés.

Quelles doléances vous expriment-ils ?

La vitesse ! Ils ne veulent plus attendre trop longtemps pour le réseau mobile. Leurs administrés en ont besoin maintenant. Il y a un ras-le-bol des zones blanches, des zones grises, et d'entendre que l'on est déjà couvert alors que ce n'est pas le cas sur le terrain. 

Comment inciter les opérateurs à intensifier leur couverture mobile ?

Les opérateurs et l'Arcep sont en pleine discussion sur l'attribution de nouvelles licences pour les années à venir. C'est aussi l'occasion de rediscuter les obligations de chacun. En l'occurrence : les engagements que les opérateurs ont pris pour apporter des solutions aux Français.

L'Hérault signe aujourd'hui sa convention pour la délégation du service public, sur le très haut débit...

Nous en sommes co-financeurs. Le gouvernement a voulu réassuré tous les projets THD, en garantissant tous les financements déjà engagés et tous les projets déjà validés. L'objectif est que les projets aillent au bout sur les territoires.

Quels moyens se donne l'État ?

Nous allons investir 15 Mds € pour la construction de l'État numérique mais aussi pour financer le soutien à l'innovation. Pour les start-ups, nous sommes en train de structurer un fonds d'investissements de 10 Mds €. Il sera disponible dans quelques mois et libérera plusieurs centaines de milliers d'euros par an pour des technologies de rupture, qui ne sont pas destinées à être rentables de suite.

Comment l'État appréhende-t-il fiscalement le développement des ICO ?

C'est nouveau genre et il faut de se poser la question du traitement du sujet au niveau fiscal. On y travaille et je trouve cela intéressant. L'administration française a déjà augmenté son niveau de connaissance sur le sujet. Le Trésor a d'ailleurs émis des bons sous BlockChain.

En marge de votre participation au DigiWorld Summit, vous avez loué le dynamisme de la French Tech Montpellier...

La French Tech Montpellier est partout de Tel Aviv à New York. Il y a une hyperaccélération sur de nouveaux  secteurs et notamment la santé et la cybersécurité. L'écosystème est complet avec des ingénieurs numériques et des spécialistes de la santé : cela fait de bons résultats.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :