Les aéroports francophones réunis à Montpellier

 |   |  473  mots
De gauche à droite : Emmanuel Brehmer (Président du Directoire d'AMM), Thomas Juin (Président Les aéroports francophones), Pierre Vieu (Président du Conseil de surveillance d'AMM).
De gauche à droite : Emmanuel Brehmer (Président du Directoire d'AMM), Thomas Juin (Président Les aéroports francophones), Pierre Vieu (Président du Conseil de surveillance d'AMM). (Crédits : Nathalie Sanselme)
À l’occasion de son congrès annuel, qui rassemble cette année 430 participants pour trois jours de conférences et débats, du 29 novembre au 2 décembre au Corum de Montpellier, l’Association des aéroports francophones fera le point sur la situation de l’aérien et sur ses perspectives.

Pour l'Aéroport de Montpellier Méditerranée (AMM), c'est comme, l'a souligné le Président de son directoire Emmanuel Brehmer lors d'une conférence de presse, « une bonne année » pour accueillir le 26ème Congrès des aéroports francophones. Un record de fréquentation avec 300 000 passagers supplémentaires obtenu sur les deux dernières années et un plan ambitieux d'investissements de 70 M€ pour l'extension de l'aérogare, donnaient aux dirigeants d'AMM, mercredi 29 novembre, quelques motifs de fierté.

« De mémoire d'association, ce congrès qui s'achèvera le 2 décembre n'avait jamais réuni un tel nombre de participants depuis son édition parisienne », a pour sa part souligné Thomas Juin, président de l'Association des aéroports francophones.

De la France au Québec, en passant par l'Afrique, l'Océan indien, au total, les 430 représentants privés et publics du monde aéroportuaire d'une dizaine de pays francophones ont fait le déplacement - soit une centaine de représentants d'aéroports et au moins autant de fournisseurs - pour débattre de leurs problématiques et des mutations d'un secteur confronté à une concurrence exacerbée par la libéralisation du transport aérien.

L'enjeu environnemental au cœur des débats

La croissance du secteur aérien n'a de cesse d'augmenter dans le monde depuis quinze ans, et ce phénomène n'épargne désormais plus l'Europe, où elle se situe à 8 %.

« Face à cette dynamique, les aéroports ne sont plus de simples infrastructures de transport mais sont devenus des acteurs engagés dans la vie économique et sociétale. Des nouveautés technologiques vont y voir le jour dans la prochaine décennie, qui auront des effets bouleversants », a annoncé Thomas Juin.

Au menu de sa grand messe annuelle, le monde aéroportuaire francophone se penchera donc sur ces défis, à commencer par l'enjeu environnemental.

« Il y aura une révolution dans l'accès aux aéroports, avec une mobilité accrue, facilitée par des innovations technologiques, a précisé le président de l'association. Des choses étonnantes vont apparaître sur les avions eux-mêmes, avec des appareils capables de voler plus haut et plus longtemps tout en consommant moins. »

L'insertion territoriale

« Un aéroport n'est pas un porte-avion hors sol » a rappelé Thomas Juin. AMM représente pour sa part 4000 emplois et 400 M€ de retombées économiques en Occitanie.

L'insertion des aéroports dans leur territoire, leur apport et les liens qu'ils sont amenés à nouer aves les collectivités locales seront aussi au cœur des réflexions du congrès, car « dans les territoires, la variable qui va le plus évoluer dans les prochaines années est l'aérien. Ceux qui seront les mieux connectés à leur aéroport seront aussi les plus dynamiques », prévient le président des aéroports francophones.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :