L'ICM à nouveau labellisé par l'Institut National du Cancer

 |   |  371  mots
L'ICM à Montpellier
L'ICM à Montpellier (Crédits : DR - ICM)
Le 15 décembre, l'ICM a obtenu pour cinq ans, le renouvellement du label SIRIC (SIte de Recherche Intégrée sur le Cancer). Une récompense pour le consortium Montpellier Cancer, associant l'ICM (porteur du projet), le CHU de Montpellier, l'INSERM, le CNRS et les universités.

En 2012, Montpellier était l'un des huit sites français labéllisés SIRIC par l'INCa. A ce jour, le label a fédéré près de 600 cliniciens et chercheurs montpelliérains, et permis l'émergence de quatre starts-up, issues du monde de la recherche : DiaDx, NovaGray, Diag2Tech et iMAb.

"La recherche à Montpellier était comme un puzzle éparpillé. L'objectif du consortium était de travailler ensemble pour le transfert de la recherche scientifique, détaille Marc Ychou, directeur de l'ICM. Cette structure a plu au comité du SIRIC, et la première labellisation a été un déclencheur et une aide pour débloquer des effets de levier et des brevet pour des starts-up."

Partenariats étendus

Un des objectifs du SIRIC est d'ouvrir la cancérologie à d'autres disciplines. C'est déjà une réalité au sein du consortium montpelliérain qui regroupe l'université Paul Valery.

"La recherche en sciences humaines et sociales sur le cancer comprend l'étude des comportements, la prévention ou les bénéfices de l'activité physiques."

Avec le pôle chimie Balard, l'ICM développe aussi des bourses mixtes biologie et chimie pour les doctorants intéressés.

Le renouvellement, et après ?

"On a construit des bases solides. Sur la dernière année, Montpellier s'est classée deuxième sur les appels d'offres en biologie du cancer, derrière l'Ile-de-France. On veut aller plus loin et changer des pratiques : nouveaux médicaments, nouveaux bio marqueurs ou nouvelles actions de soins de support."

Les travaux s'orienteront autour de trois thématiques : cancer colorectal, radiobiologie et intégrité du génome et nouvelle cible thérapeutique.

Le label SIRIC marque l'excellence de la recherche locale sur le cancer. L'acquisition du futur appareil IRM de radiothérapie par l'ICM, pour octobre 2018, s'inscrit d'ailleurs dans cette dynamique.

Le centre spécialisé va aussi acquérir, au premier semestre 2018, un Cytof, un cytomètre de masse qui permet l'exploration précise du micro environnement tumoral. Une analyse plus fine que la biopsie, qui prend en compte le contexte de la tumeur.

L'IRCM, le "noyau" du SIRIC basé sur le campus de l'ICM, a fêté ses 20 ans vendredi 15 décembre, au même moment que le renouvellement du label.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :