Aéroport de Montpellier : le point sur les grands travaux

 |   |  666  mots
Le futur nouveau terminal de l'aéroport de Montpellier.
Le futur nouveau terminal de l'aéroport de Montpellier. (Crédits : DR)
L'Aéroport Montpellier Méditerranée a retenu la date du 6 juin pour célébrer ses 80 ans. Ce jour anniversaire du débarquement de 1944 était l'occasion de revenir sur l'histoire de l'aéroport et sur les projets de développement de la zone aéroportuaire. Le point sur les travaux d'agrandissement de l'aérogare et la pose de la première pierre du futur complexe hôtelier.

Le nouveau terminal de l'aéroport prend forme. Sur 5 700 m2, il fait partie du plan stratégique d'Aéroport Montpellier Méditerranée (AMM) "Destination 2020". Cet effort financier de 70 M€ (dont 14 M€ pour la construction de l'aérogare) veut accompagner un accroissement du trafic de l'aéroport, qui a connu une année record en 2017 avec 1,849 million de passagers.

Engagée début 2018, la phase 1 du chantier du nouveau terminal devrait se terminer au printemps 2019. L'infrastructure comprend de nouveaux guichets d'enregistrement et une zone commerciale de 1 000 m2. Cette surface supplémentaire est conçue "pour atteindre et dépasser le seuil de 2,4 millions de passagers par an", détaille AMM.

Deux nouvelles phases de travaux, pensées par le cabinet A+ Architecture, pourraient ensuite permettre d'atteindre les 3 millions, puis les 3,5 millions de passagers (avec 14 avions en simultané).

terminal

 La structure supérieure du nouveau terminal.

Avenue Jacqueline Auriol

La requalification de la voie d'accès principale à l'aéroport se poursuit. La plaque mentionnant le nouveau nom de cette avenue, Jacqueline Auriol, a été inaugurée ce 6 juin, en présence du maire de Maugio, Yvon Bourrel. Un choix en forme de clin d'œil aux activités aéronautiques sur la zone.

"Cette femme d'exception était une novatrice de l'aéronautique, précise le maire. Elle fut la première femme à franchir le mur du son en 1962 et à piloter le Concorde."

jacqueline auriol

La voie d'accès principale à l'aéroport a été officiellement baptisée.

Deux hôtels Ibis à l'entrée de la zone

Le futur complexe hôtelier s'étendra sur 6 580 m2, et comptera deux hôtels, un Ibis Budget de 77 chambres, et un Ibis Styles de 74 chambres. La première pierre a été posée ce 6 juin, pour un début de travaux en septembre 2018, et une livraison en 2020.

Agir Promotion et Fondeville assurent la construction et la promotion du bâtiment, alors que l'exploitation sera assurée par le groupe Arrelia, sous franchise Accor.

Accor exploite déjà une quinzaine d'hôtels sur le secteur de Montpellier, et celui le nouvel établissement sera le premier sur la zone de l'aéroport. Au-delà des passagers, le groupe veut miser sur la clientèle d'affaires et la proximité avec le Parc des expositions, ainsi que sur les familles, en proposant un complexe complet, près des stations balnéaires.

"Nous allons essayer d'avancer vite sur les travaux", a promis Marie-Françoise Fondeville, directrice générale de l'entreprise éponyme.

En plus des deux hôtels, un espace appelé "The Hub", abritera un espace de co-working, une brasserie (120 couverts), un complexe sportif, une piscine, une conciergerie et trois salles de séminaires (capacité de 250 personnes).

Air Parc One : 12 000 m2 de bureaux

Juste à côté des hôtels, la société CFC va ériger trois bâtiments de 12 000 m2, destinés aux activités tertiaires. Chacun d'une surface de 4 000 m2, ils seront "très végétalisés" et "en recherche d'autonomie énergétique", d'après Bernard de Fesquet, le président de CFC.  Ces travaux sur la zone Air Parc One débuteront en septembre, pour des livraisons de l'automne 2019 au printemps 2023.

"Notre but est de redynamiser la zone de l'aéroport, déclare Emmanuel Brehmer, président du directoire d'AMM. Mais aussi de booster nos recettes hors aéronautique. 1 M€ de marge nette par an pourrait être dégagé."

Un vétéran américain à Montpellier

À l'occasion du 6 juin, jour du débarquement américain en 1944, l'AMM a souhaité se tourner vers son passé. En 1938, le premier aéronef découlait de la zone, permettant aujourd'hui à AMM de revendiquer 80 ans d'histoire. L'aviation américaine avait également bombardé des avions allemands, basés là pendant la Seconde guerre mondiale.

Pour rendre hommage à cette histoire, l'AMM recevait le vétéran américain Tom Rice, qui a participé au Débarquement de Normandie. Le sergent, âgé de 96 ans, a sauté en parachute au-dessus de l'aéroport de Montpellier pour célébrer ce jour anniversaire, en compagnie notamment d'Emmanuel Brehmer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :