Économie de la mer : déjà 246 M€ investis au titre du Plan Littoral 21

 |   |  680  mots
Les partenaires institutionnels du plan dont, au centre : T. Ravot (CDC Occitanie), D. Codorniou (Parlement de la Mer), E. Lombard (CDC) et C. Delga (Région).
Les partenaires institutionnels du plan dont, au centre : T. Ravot (CDC Occitanie), D. Codorniou (Parlement de la Mer), E. Lombard (CDC) et C. Delga (Région). (Crédits : Région Occitanie)
Selon le 1er bilan d'étape fait, le 5 juillet à Port-la-Nouvelle (66), par les partenaires institutionnels, le Plan Littoral 21 a déjà généré 246 M€ d'investissements en région. Près de 150 dossiers de modernisation d'infrastructures portuaires et touristiques ont été traités en un an.

Mis en route en 2016 pour financer la modernisation des infrastructures portuaires et touristiques, le développement de l'éolien en mer ou l'aménagement de la cote, le Plan Littoral 21 a déjà généré 246 M€ d'investissements en Occitanie, dont 55,6 M€ de la Région, 9,9 M€ de l'État, et 21 M€ de la Caisse des dépôts. Globalement, le plan est doté d'un milliard d'euros sur cinq ans, toujours pour la région : les crédits engagés représentent donc déjà 24 % de cette enveloppe.

"C'est un beau projet d'aménagement régional, démontrant qu'il existe une nouvelle façon de travailler dans les territoires. Là où la mission Racine était verticale, ce plan adopte un fonctionnement plus horizontal, associant les collectivités, la Région et l'État, à qui la Caisse des dépôts va apporter son financement, y compris en apport de capital. C'est une région sérieuse quand on voit les sommes qui s'additionnent, et nous avons besoin d'être ambitieux en France", commente Éric Lombard, DG de la Caisse des dépôts, présent lors du comité de pilotage tenu le 5 juillet à Port-la-Nouvelle (66).

Près de 150 dossiers engagés

Selon ce 1er bilan d'étape, 149 dossiers, portés en majorité par des collectivités territoriales, ont ainsi été traités. Parmi les exemples d'équipements éligibles et co-financés : la construction de l'École de la Mer de Port-Camargue (1,2 M€ d'aides sur un coût de 4,3 M€), l'acquisition et la transformation d'un village de vacances en résidence Belambra Club au Grau-du-Roi (5,4 M€ sur 42 M€), le projet de Centre du littoral et de la mer (CELIMER) à Sète (2,8 M€ sur 3,9 M€), l'aménagement du coeur de la station du Cap d'Agde (3,7 M€ sur 24 M€, dans l'attente du financement de l'État), ou encore le financement des études pour le projet Ville-Port de la Grande Motte (504 000 € sur 1 M€), récemment présenté à la presse.

"Notre projet de nouvel Aquarium a été la première opération du Plan Littoral 21 adoptée, et nous poserons la première pierre à la fin juillet. Ensuite viendront des aménagements sur le port, le front de mer, et le centre de natation, ainsi que la construction de l'Espace Méditerranée, appelé à devenir le plus grand site d'animation de la ville. L'ensemble de ces dossiers représente 72 M€ d'investissements, et 15,8 M€ ont déjà été engagés", témoigne Bernard Dupont, maire de Canet-en-Roussillon (66).

"L'intérêt du plan est que chaque station s'inscrit en complémentarité et non en concurrence de la suivante. Les équipements financés pour Canet-en-Roussillon ne viendront pas concurrencer ceux de Port-Barcarès, et ainsi de suite", apprécie Carole Delga, présidente de Région.

Feu vert pour Port-la-Nouvelle

Port-la-Nouvelle fait elle-même l'objet d'un vaste projet d'extension (estimé à 210 M€), auquel la commission d'enquête vient de rendre un avis favorable. La première phase, dont les travaux s'étendront de 2019 à 2021, intègre la construction d'un abri maritime, d'un quai et d'un terre plein réservé à l'éolien, avant deux nouvelles phases de dragage (pour la création d'un quai dédié aux vracs) et d'accueil des parcs commerciaux éoliens.

Parmi les ambitions du Plan Littoral 21 figure en effet, en Occitanie, la création d'une filière de l'éolien off-shore. Deux projets majeurs de "fermes" en témoignent : "EFGL", au large de Leucate (11) et porté par Engie, et "EolMed", que développe Quadran au large de Gruissan (11).

"C'est un projet de 25 MW, constitué de six prototypes de 6 MW chacun : des machines flottantes qui seront assemblées à Port-la-Nouvelle et positionnées à 18 km de la cote. Ce sont 210 M€ HT d'investissements, dont 20 M€ d'études. Le dossier d'autorisation administrative a été déclaré complet avant-hier. Les travaux débuteront en 2020, pour une mise en fonctionnement en 2021", décrit Jean-Marc Bouchet, fondateur de Quadran.

En Occitanie, le potentiel de l'économie maritime s'appuie notamment sur 220 km de rivages, 70 ports, 4 ports de pêche, 3 ports de commerce, 1 port fluvial, 20 stations balnéaires et 1 parc naturel marin dans le Golfe du Lion.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :