Jusqu’à 80 % de ponts en mauvais état dans l’ex-LR

 |   |  585  mots
L'ex-Languedoc-Roussillon compte 13 200 ponts routiers
L'ex-Languedoc-Roussillon compte 13 200 ponts routiers (Crédits : DR)
Après la catastrophe du pont de Gênes, l’État a lancé un audit et annoncé, le 22 août, un plan d’urgence pour l’entretien des ponts et ouvrages d’art routiers. Selon les derniers chiffres de la FRTP Occitanie pour l’ex-LR, jusqu’à 80 % d’entre eux sont en mauvais état, sauf dans le Gard et la Lozère (20 %).

Environ un mois avant l'effondrement, le 14 août, du pont Morandi à Gênes (Italie), le gouvernement d'Édouard Philippe a lancé un audit du réseau routier non concédé, et notamment des 12 000 ponts directement gérés par l'État. Selon le document, un tiers d'entre eux nécessitent de « petites réparations afin de prévenir l'apparition de dégradations structurelles », tandis que 7 % présentent des dommages plus sérieux, s'exposant à un risque d'effondrement et donc à la nécessité d'une fermeture préventive.

Qu'en est-il dans l'ex-Languedoc-Roussillon ? D'après les dernières données disponibles de la Fédération régionale des travaux publics (FRTP Occitanie) à propos des ouvrages d'art routiers sous maîtrise d'ouvrage des Conseils départementaux, la situation est contrastée, selon le degré d'urgence des travaux à envisager.

  • L'Hérault (données 2016) compte 3 300 ponts, dont 20 % seulement sont en bon état sur les routes départementales : 60 % nécessitent des travaux d'entretien courant, et 20 % « des travaux d'entretien spécialisés au minimum, voire des travaux de réparation pour les ouvrages les plus affectés ».
  • L'Aude (données 2016) affiche 2 700 ponts, dont 20 % sont en bon état. 45 % ont besoin de travaux spécialisés ou de réparation, 35 % de travaux courants.
  • Dans les Pyrénées-Orientales (données 2017) se trouvent 3 000 ponts. 75 % doivent faire l'objet de travaux spécialisés ou de réparation, 25 % sont en bon état ou ne nécessitent que des travaux courants.
  • Dans le Gard (données 2017), on dénombre 3 200 ponts, dont 20 % seulement nécessitent des travaux (travaux spécialisés ou réparation sans caractère d'urgence). Moins de 1 % appellent des travaux d'urgence.
  • Enfin, en Lozère (données 2018), on compte 2 000 ponts, dont 27 % sont en bon ou très bon état. Une même proportion (27 %) de ponts sont en mauvais ou très mauvais état.

« Ce patrimoine de réseaux et d'infrastructures irrigue nos territoires, son entretien et son développement font partie des principaux enjeux des décisions publiques, dans les communes, les intercommunalités, les départements, les régions et l'Etat. S'il n'est pas correctement entretenu, il se dégrade et génère des nuisances et des coûts considérables pour les budgets publics et pour l'ensemble de l'activité économique. Nous formons le vœu que cette publication incite les collectivités, et tous les maîtres d'ouvrages concernés, à développer des politiques de travaux actives et raisonnées pour maintenir et renouveler ce patrimoine », analyse Olivier Giorgiucci, président de la FRTP Occitanie, dans la dernière édition de ce baromètre.

100 M€ de plus débloqués en 2018

À l'issue du conseil des ministres tenu le 22 août, le gouvernement a indiqué, face à l'urgence de la situation, que, sans attendre les recommandations du Conseil d'orientation des infrastructures créé en 2017, qu'il va augmenter les crédits d'entretien des réseaux routiers de 700 à 800 M€ dès cette année. Une nouvelle programmation d'investissements sur ces réseaux sera dévoilée dans la prochaine loi d'orientation des mobilités, qui sera présentée au Parlement cet automne.

« L'accident de Gênes apporte une nouvelle preuve de la nécessité, prise en compte dès le début du quinquennat, de donner la priorité à l'entretien des infrastructures. Cela conforte la démarche mise en place par le gouvernement dès son arrivée afin d'objectiver les besoins et d'inverser les priorités, pour optimiser ce qui existe avant de lancer de multiples nouveaux grands projets », peut-on lire dans le compte-rendu du conseil des ministres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/08/2018 à 14:25 :
les ouvrages publiques sont la poule au œufs d'or des hommes politiques (vieil adage non démenti à ce jour)
a écrit le 24/08/2018 à 22:32 :
35 milliards d'euro (taxes et divers) dérobés aux automobilistes et ne prévoir que 900 millions de travaux, il y a un très gros malaise. Sinon pour le fun, copiant un autre internaute mon fils a pris google maps puis street view pour passer sous le pont de Gènes, c'est stupéfiant, (ça doit dater de 2 ou 3 ans) à regarder et surprenant qu'il ne soit pas tombé plus tôt.
a écrit le 24/08/2018 à 9:32 :
Il n'y a pas que les ponts... Je suis en région Lorraine et je viens de renter d'une ballade à trêves en Allemagne via les petites routes telles la bundesstrasse 419 et retour via le versant Luxembourgeois et il n'y a à pas photos, la France c'est le tiers monde, eh oui. Routes propres et agréables, certes souvent limitées à 70 mais contrairement en France où il y a des radars partout, ici pas de radars malgré certains gros excès de vitesse.... La France ferait mieux de de s'inspirer de ce qui Marche au lieu de faire dans l'innovation vouée à un échec certain. Au fait pour info, du côté de schengen ou Rémich, le gasoil est à la €1.119 et pour les amateurs de café, c'est la. Paradis 40% moins cher.
a écrit le 24/08/2018 à 8:56 :
Parmi les fonds débloqués pour cet entretien,quel pourcentage "s'evapore" dans la ….nature?
a écrit le 23/08/2018 à 21:06 :
En gros y en a 20% en parfait état ne demandant pas la moindre attention ? Le reste c'est soit quasi rien, pas grand chose, une usure avancée, soit très très grave si ce n'est périlleux ?
Je me posais la question des camions, si la charge maxi est de 10t un 12t fera-t-il un détour ? Si son GPS lui donne un circuit il sera suivi, petit ou gros pont en route (on en voit bien coincés en montagne dans des virages trop 'secs'). Ne peut-on pas avoir une usure "majorée" par surcharge ?
a écrit le 23/08/2018 à 20:52 :
" Après la catastrophe de Gênes l'état lance un audit " dites vous : il a été commandé un mois avant comme vous le rappelez dans l'article !
"80 % des ponts sont en mauvais état " : vous incluez dans ce pourcentage les ponts nécessitant un entretien courant !

Qu'est ce qu'il ne faut pas faire pour attirer le lecteur et hurler avec la meute !
Réponse de le 24/08/2018 à 7:53 :
La FRTP est un lobby discret mais puissant et efficace quand il s'agit d'aller réclamer des subsides de l'état à la moindre occasion qui se présente....
a écrit le 23/08/2018 à 15:51 :
a propos de "La France est abîmée" déclaration de Philippe EDOUARD 1er Ministre de Macron ...

il est un fait que les gouvernements UMP PS UDI MODEM ont conduit au délabrement de la France ;

il nous souvient que Monsieur Edouard Philippe vient de l'UMP, que Macron vient de la Hollandie PS

A l'évidence, Edouard Philippe a été dans les partis politiques DES PROBLEMES,

il ne peut être la solution.
Réponse de le 23/08/2018 à 18:31 :
Deux écoles s'opposent sur le droit à l'erreur, ceux qui l'acceptent et disent "que celui qui n'a jamais péché lui jette la première pierre" et ceux comme vous qui le refuse et qui même disent "si ce n'est toi, c'est donc ton frère".
Ces deux écoles correspondent à des modèles de sociétés bien différentes, mais tout le monde a le droit de préférer un mode de vie, du moment qu'il n'est pas imposé aux autres...
Réponse de le 23/08/2018 à 18:45 :
DE TOUTE FAçON NOS 2 PERSONNAGES SONT UNE ERREUR POUR LA FRANCE
Réponse de le 23/08/2018 à 23:27 :
Réponse de Harpagon
Si je te suis bien, la première école est de s’asseoir a proximité d'un pont et le regarder s’effondrer en disant que cela devait forcément arriver et la seconde de dire je vous l'avais bien dit que le truc aller tomber pas de bol.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :