Comment l’aéroport de Béziers booste sa fréquentation et diversifie sa stratégie

 |   |  781  mots
L’aéroport biterrois a atteint le cap historique de 267 712 passagers
L’aéroport biterrois a atteint le cap historique de 267 712 passagers (Crédits : Béziers Méditerranée)
Depuis avril 2019, la compagnie irlandaise Ryanair a ouvert une ligne Béziers-Charleroi-Bruxelles Sud. En neuf mois, 40 000 passagers l’ont empruntée, contribuant à faire grimper la fréquentation de l’aéroport biterrois au score historique de 267 712 passagers (+ 15 %). L’infrastructure met en œuvre, dans le même temps, une stratégie de diversification vers l'aviation d'affaires.

Les résultats annuels du trafic de l'aéroport de Béziers Cap d'Agde Hérault Occitanie (34) signent une année 2019 record, avec quelque 267 712 passagers, soit une progression de 14,6 % et le plus haut niveau de fréquentation depuis sa création en 1974.

« Ces résultats sont historiques, se réjouit Gilles d'Ettore, président du Syndicat mixte* aéroport Béziers Cap d'Agde (et président de l'agglomération Hérault Méditerranée). Ils démontrent toute la pertinence du positionnement de notre plate-forme sur le marché du réceptif touristique ainsi que la complémentarité qui peut exister entre les aéroports régionaux. Avec des retombées économiques de plus en plus fortes, notre aéroport est une véritable chance pour notre territoire car il contribue activement à la bonne santé de notre secteur touristique. Il faut donc continuer de le soutenir et de le développer. »

2 200 résidents secondaires belges

Des résultats consécutifs à une bonne tenue de l'ensemble des liaisons proposées par Ryanair, seule compagnie aérienne présente sur la plate-forme (Londres Luton, Londres Stansted, Bristol, Manchester, Edimbourg, Stockholm, Düsseldorf Weeze, Paris Beauvais), mais aussi au lancement, en avril 2019, d'une nouvelle ligne en provenance de Charleroi-Bruxelles Sud, opérée également par Ryanair. Cette liaison a enregistré à elle seule près de 40 000 passagers sur neuf mois d'exploitation.

« Cette destination Charleroi (positionnée à Béziers après avoir quitté l'aéroport de Montpellier, NDLR) était très attendue, souligne Pascal Pintre, directeur du syndicat mixte et de l'aéroport de Béziers. Il faut savoir que l'ouest héraultais compte près de 2 200 résidents secondaires belges, qui attendaient la ligne depuis dix ans... Nous sommes positionnés sur le marché réceptif touristique, et avec cette ligne, nous enregistrons un taux de trafic entrant de 80 %. L'aéroport est vraiment un outil de développement touristique. »

En 2020, avec l'annualisation de la liaison Béziers-Charleroi, le trafic de l'aéroport devrait continuer de croître de 5 % pour atteindre les 288 206 passagers et ainsi se rapprocher du seuil des 300 000 passagers, objectif fixé par la gouvernance au moment de l'arrivée de la Région Occitanie au tour de table et de la montée en puissance du Département de l'Hérault.

Jets privés et clientèle fortunée

Si la mission de l'infrastructure aéroportuaire biterroise est bien de soutenir le développement touristique du territoire, elle annonce toutefois une stratégie de diversification avec notamment le développement de l'aviation d'affaires courant 2020, « moins pour transporter des chefs d'entreprises que pour faire venir en jets privés une clientèle fortunée pour profiter de la Méditerranée, du Cap d'Agde, mais aussi de plus en plus des sites oenotouristiques qui se multiplient », précise Pascal Pintre.

L'aéroport devrait rejoindre un réseau commercial spécialisé afin d'attirer cette nouvelle clientèle d'affaires sur son territoire. Les travaux démarrent et devraient être terminés à l'automne prochain.

Par ailleurs, le Syndicat mixte travaille à la création d'une extension de son terminal afin de disposer de locaux dédiés et adaptés à aux exigences de cette activité, soit un investissement de quelque 300 000 €, selon le directeur du syndicat mixte.

Valoriser les réserves foncières

Côté travaux, l'aéroport, Gilles d'Ettore a également évoqué le chantier de réaménagement des parkings passagers et de voitures de location en cours de réalisation sur près de 1 ha. Les travaux - environ 900 000 €, financés à 70 % par les entreprises partenaires Total Quadran et Eiffage - ont démarré en novembre 2019 et seront livrés pour le début en mars.

Mais un autre chantier a été lancé par le syndicat mixte gérant l'aéroport, dans l'objectif de trouver de nouvelles ressources financières : la valorisation des 30 ha de réserves foncières détenu par l'infrastructure aéroportuaire.

« Sur 20 ha, nous allons implanter une centrale photovoltaïque (l'opérateur est identifié mais tenu secret tant que le projet n'est pas plus avancé, NDLR), précise Pascal Pintre. Et sur 10 ha, nous voulons créer une zone d'activités industrielles que nous envisageons de dédier à des sous-traitants de l'aéronautique. Nous en sommes à la phase d'instruction administrative et technique, avec la société d'aménagement du biterrois Via Terra. »

* Depuis avril 2009, l'aéroport est détenu et géré par le Syndicat mixte rassemblant les Communautés d'agglomération Béziers Méditerranée et Hérault Méditerranée, le Département de l'Hérault, la Région Occitanie, la Communauté d'agglomération Sète Agglopôle Méditerranée, la CCI de l'Hérault et la Communauté de communes La Domitienne.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :