Une innovation technique pour la Rocade Ouest de Mende

 |   |  372  mots
Cet ouvrage de 323 m sera le 1er pont routier en France à intégrer le principe dit de double action mixte
Cet ouvrage de 323 m sera le 1er pont routier en France à intégrer le principe dit de "double action mixte" (Crédits : JP. Bisogno/Cerema)
Livrable fin 2020, le futur pont routier de Mende sera le 1er du genre en France intégrant le principe de "double action mixte" (acier et béton). Selon le Cerema qui l'a conçue, cette innovation sécurisera davantage l'ouvrage alors que la sécurité des ponts est devenue un enjeu majeur.

Sur la RN88 reliant Toulouse à Lyon par l'A75, la DREAL Occitanie (direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) réalise une voie de contournement ouest de l'agglomération de Mende, intégrant un viaduc qui franchira la vallée du Lot de sorte à contourner le centre-ville. Sur une innovation conçue par le Cerema (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement), cet ouvrage de 323 m sera le premier pont routier en France à intégrer le principe dit de "double action mixte".

Techniquement, le tablier du pont se composera d'une dalle en béton posée sur des piles métalliques de 22,5 m au plus haut : l'utilisation d'un mixte béton/acier permet "de conférer une ductilité à des zones qui en sont habituellement dépourvues, en l'occurrence les zones du tablier situées au voisinage des piles intermédiaires", selon le Cerema.

"En connectant également une dalle en béton en partie inférieure des deux poutres principales, le tablier devient plus résistant aux instabilités, ce qui permet ainsi d'augmenter la robustesse globale de l'ouvrage", précise l'organisme.

Autre avantage : si le coût de la dalle est plus élevé, celui de la charpente est moins onéreux car la quantité d'acier utilisée est moindre. Les deux postes de dépense se compensant, un pont qui intègre cette technique de "double action mixte" affiche un niveau de sécurité supérieur tout en contenant les coûts.

Le Cerema replace l'intérêt de cette technique dans le débat ouvert par l'effondrement du viaduc de Gênes (Italie), qui avait fait 43 victimes en août 2018. À la suite de cette catastrophe, un audit commandé par le gouvernement a montré que 30 % des 12 000 ponts sur le réseau routier non concédé à des sociétés privées ont besoin de réparations.

Le pont routier de Mende sera livré fin 2020 et mis en service en 2023. Construit par le groupement GTM/Eiffage, il mobilise un budget 8,6 M€, sur un investissement global de 25 M€ pour la Rocade Ouest de Mende, cofinancé par l'État (50 %), la Région Occitanie (19 %), le Département de la Lozère (19 %) et la Ville de Mende (12 %).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :