Port-la-Nouvelle : qu’est-ce que la SEMOP qui gouvernera le port ?

 |  | 715 mots
Lecture 4 min.
Le port de commerce de Port-la-Nouvelle, futur hub de l'éolien flottant en Méditerranée.
Le port de commerce de Port-la-Nouvelle, futur hub de l'éolien flottant en Méditerranée. (Crédits : DR)
Le 11 décembre, les élus de la Région Occitanie ont approuvé la constitution de la société d’économie mixte à opération unique (SEMOP) regroupant notamment des entreprises (majoritaires) afin d’assurer l’aménagement, l’exploitation, la gestion et le développement du port de commerce de Port-La Nouvelle. Une première pour un port de commerce en France, et une nouvelle étape dans le développement de la filière de l’éolien flottant en mer et de l’hydrogène vert.

Didier Codorniou, 1er vice-président en charge de l'économie maritime, du littoral et des aéroports à la Région Occitanie, en avait fait l'annonce hier, le 10 décembre, lors d'une conférence du Salon Energaïa : la Région Occitanie, propriétaire du port de Port-La Nouvelle depuis 2007, allait se doter d'un nouvel outil à même de piloter l'opération d'aménagement puis l'exploitation du port de Port-la-Nouvelle, dans l'Aude, en vue de structurer une filière industrielle de l'éolien en mer flottant et de l'hydrogène vert.

Ce nouvel outil, c'est une société d'économie mixte à opération unique (SEMOP), dont la création a été adoptée par les élus de la collectivité en commission permanente ce 11 décembre.

Nou Vela, l'opérateur économique

Cette nouvelle structure assurera, à partir de mai 2021, l'aménagement, l'exploitation, la gestion et le développement du port de commerce.

« Avec la constitution de la SEMOP, une nouvelle étape vient d'être franchie pour le développement du port de Port-La Nouvelle, assure Carole Delga, présidente de la Région Occitanie. Pour la première fois en France, une SEMOP est constituée pour la gestion d'un port de commerce, c'est une véritable innovation. L'expertise des entreprises qui constituent "Nou Vela" (opérateur économique choisi après une mise en concurrence, NDLR) permettra de mener à bien l'ambition que nous portons depuis 2016 : faire du port de Port-La Nouvelle le port de la transition énergétique en Méditerranée, et faire de l'Occitanie une région d'excellence sur le développement des énergies marines renouvelables. Au moment où notre pays traverse une crise sans précédent, l'Occitanie démontre sa capacité à investir pour l'emploi non délocalisable et à proposer des solutions concrètes pour lutter contre le réchauffement climatique. »

Changer d'échelle

La collectivité explique que "le statut de SEMOP permet à la collectivité régionale de s'associer à un opérateur économique pour constituer une société qui assurera la concession du port de commerce de Port-La Nouvelle".

« La Région sera actionnaire à 34% en tant qu'exploitant portuaire, et aura la présidence, avec une gouvernance élargie, annonçait déjà la veille Didier Codorniou. La SEMOP est un outil nouveau qui va permettre de changer d'échelle et faire du port une référence sur la Méditerranée. »

Outre la Région, la SEMOP regroupera plusieurs partenaires : la Banque des Territoires (Caisse des Dépôts) à hauteur de 15% et le groupement d'entreprises Nou Vela à hauteur de 51%, regroupant des entreprises de pointe du secteur des énergies renouvelables et des activités portuaires : les Belges DEME Concessions (construction) et Euroports Group BV (infrastructures portuaires), le Montpelliérain Qair (énergies marines), le fonds belgo-néerlandais EPICo (notamment dans les infrastructures et les énergies renouvelables) et la Chambre de commerce et d'industrie de l'Aude. 


Digues, quais, jetée, zone logistique

Deux missions essentielles ont été attribuées à la SEMOP : achever l'extension du port de Port-La Nouvelle et exploiter et développer le trafic du port.


En 2019 a été lancée la première tranche des travaux (234 millions d'euros) comprenant la construction des digues du nouveau bassin et d'un quai de 250 mètres qui permettra d'accueillir, dès 2021, les premiers flotteurs d'éoliennes en mer flottantes. La SEMOP poursuivra ces aménagements, avec notamment la livraison en 2024 de deux nouveaux quais d'un tirant d'eau de 15,9 m, d'une jetée pour le déchargement des vracs liquides, et de postes à quai qui permettront le démarrage des parcs commerciaux d'éoliennes. Le développement d'une nouvelle zone logistique portuaire reliée au réseau ferré national est également en projet pour connecter le port avec son arrière-pays régional industriel.

Les ambitions affichées pour le port de commerce audois sont grandes. La Région projette ainsi le développement d'un hub de la logistique pour l'éolien en mer flottant, d'un hub de l'hydrogène vert, le repositionnement du port comme un pôle de vracs solides et de marchandises de l'hinterland de Toulouse, et le renforcement du port comme pôle de vracs liquides.

« Dans la réalisation de ses missions, la SEMOP a pour objectif de créer quelque 150 emplois dans le port, 5 à 10% des emplois seront dédiés à l'insertion professionnelle », annonce la collectivité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :