LGV Montpellier-Perpignan, un nouvel élan pour le projet  ?

 |  | 399 mots
Lecture 2 min.
Le projet de LGV Montpellier-Perpignan vient de connaître une avancée décisive.
Le projet de LGV Montpellier-Perpignan vient de connaître une avancée décisive.
Le Premier ministre, Jean Castex, s’est engagé à lancer l'enquête publique sur le projet de ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan. Dans une lettre adressée à la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, il s’engage aussi sur le financement du projet par l’Etat à hauteur de 40% et de 20% pour l’Europe.

Un nouvel élan vers la LGV Montpellier - Perpignan ? Ce 27 avril Jean Castex a confirmé à Carole Delga dans un courrier, le démarrage de l'enquête publique autour de la ligne à grande vitesse sur le tronçon Montpellier-Béziers, avant la fin de l'année 2021, avec à la clé une déclaration d'utilité publique pour 2022. 

« C'est important parce que nous n'avions jamais eu l'indication de la participation de l'État de façon écrite. Je rappelle depuis quatre ans au président de la République qu'il est complètement anormal que 60% des Français qui sont à plus de quatre heures de Paris sont occitans et catalans », a commenté l'élue régionale.

3,2 milliards d'euros engagés

Surtout, le Premier ministre s'est engagé à un financement de l'Etat de plusieurs milliards d'euros à parts égales avec les collectivités locales (40%) et 20% de fonds européens. Soit un engagement de 3,2 milliards d'euros.

Des réunions de travail avaient repris avec le Premier ministre depuis six mois sur les deux LGV d'Occitanie, détaille la présidente de la région. Malgré cela, le dossier n'avançait pas, alors même qu'une « seule personne peut prendre la décision, le Président de la République ». Ce courrier en forme d'engagement du Premier ministre, peut être une avancée décisive après trois ans de silence radio au sommet de l'Etat.

« Le Premier ministre m'annonce pour la première fois, dans son courrier, précise Carole Delga, que le financement sera identique aux projets Marseille-Nice et Bordeaux-Toulouse : à savoir 40% Etat, 40% Collectivités locales, 20% Fonds européens.»

Des annonces attendues par la présidente de Région, qui avait dénoncé la semaine dernière une « France à deux vitesses », suite à la confirmation du financement de la ligne Marseille-Nice. Un projet pourtant bien moins avancé que les deux LGV d'Occitanie : celle de Montpellier-Perpignan et Toulouse-Bordeaux.

Lire aussi : LGV Toulouse-Bordeaux : crispation totale sur son financement

Ce mardi 27 avril, les collectivités locales concernées ont aussi reçu un engagement de Jean Castex sur la ligne Toulouse-Bordeaux, confirmant ainsi un apport de 4,1 milliards d'euros.

Le lendemain, c'est donc la ligne Montpellier-Perpignan qui a fait l'objet d'un courrier, donnant désormais un premier calendrier prévisionnel. Une étape importante vers la réalisation de ce tronçon, en projet depuis 1991, et qui doit désengorger les lignes quotidiennes saturées, et permettre le développement du fret ferroviaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :