Stade Louis Nicollin à Montpellier : la commercialisation des 40.000 m2 d’activités économiques démarre

Le projet du futur stade de foot Louis Nicollin, à Montpellier, devrait bientôt être dévoilé. On sait déjà que 40.000 des 80.000 m2 seront dévolues à des activités économiques, dont 20.000 m2 de bureaux. La commercialisation de ces espaces a été confiée à BNP Paribas Real Estate et elle vient d’être lancée. Le constructeur vient aussi d’être désigné.
Cécile Chaigneau
Le futur stade de foot Louis Nicollin (photo-montage), qui sera construit sur la zone Ode à la Mer au sud de Montpellier, équilibrera son modèle économique avec 40.000 m2 dédiés à des activités économiques.
Le futur stade de foot Louis Nicollin (photo-montage), qui sera construit sur la zone Ode à la Mer au sud de Montpellier, équilibrera son modèle économique avec 40.000 m2 dédiés à des activités économiques. (Crédits : DR)

Le 16 février dans le cadre d'une présentation à la presse de l'observatoire de l'immobilier d'entreprises de la Métropole de Montpellier, Mathias Frappa, chargé de projet nouveau stade du club de foot montpelliérain MHSC, officialise le lancement de la commercialisation, par BNP Paribas Real Estate, des espaces dédiées aux activités économiques au sein du futur stade Louis Nicollin, sur la zone Ode à la Mer au sud de Montpellier.

Lire aussiFootball montpelliérain : le stade Louis-Nicollin sera construit à Pérols

Sur l'emprise des 80.000 m2 de l'équipement sportif, 40.000 m2 seront dévolus au foot (avec notamment une capacité de 24.000 spectateurs) et 40.000 m2 à des activités économiques pour équilibrer un modèle économique que ses porteurs de projets qualifient d'inédit. Car cet équipement du MHSC sera financé à 100% par le club et ses partenaires privés : initialement évaluée entre 180 et 200 millions d'euros, l'infrastructure sportive dessinée par l'architecte François Fontès est, dans le contexte économique actuel, estimée à 240 millions d'euros...

70% des revenus assurés par les activités économiques

 « Les 40.000 m2 d'activités économiques, dont 20.000 m2 de bureaux, assureront 70% des revenus dans le modèle économique du stade, ce qui est majeur, car l'activité foot ne suffira pas, indique Mathias Frappa. Ces activités économiques in stadia sont donc une grande première ! »

Sont ainsi prévus des bureaux, des espaces restauration, un pôle médical (notamment pour sportifs), et un hôtel 4* de 100 chambres - « dont 80% donneront sur la pelouse, comme les bureaux du 5e étage », précise le dirigeant -, des espaces réceptifs pour des évents d'entreprises, des espace ludiques autour de la réalité virtuelle notamment, une salle de sport, une crèche, des show-room, et le Musée du sport de 4.000 m2 où seront référencés 13.000 objets sportifs.

Le dirigeant estime à 500 le nombre d'emplois "in stadia" que pourraient générer ces activités économiques.

Construction confiée à NGE

Selon le calendrier du projet, le permis de construire devrait être déposé cet été, pour des travaux qui pourraient démarrer au premier trimestre 2024, et une livraison en juillet 2026. Mathias Frappa annonce, le 16 février, que le marché de la construction du stade a été attribué au groupe français de BTP NGE (siège à Saint-Étienne-du-Grès dans les Bouches-du-Rhône). Un chantier qui pourrait mobiliser quelque 1.500 à 2.000 emplois.

Le stade sera éco-responsable, doublement labellisé BREEAM et BDO, économe en eau, zéro déchet, et autonome en énergie grâce notamment à la présence de 10.000 à 15.000 m2 de panneaux photovoltaïques.

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.