Amylgen veut doubler son chiffre d'affaires en 2015

 |   |  451  mots
Amylgen se réoriente vers l'agroalimentaire.
Amylgen se réoriente vers l'agroalimentaire. (Crédits : Amylgen)
Positionnée jusqu'ici dans le service à la recherche pour l'industrie pharmaceutique, la société de Montferrier-le-Lez (34) réoriente ses activités vers l'agroalimentaire et le test de compléments alimentaires dans le domaine de la santé du cerveau.

Avec un chiffre d'affaires en baisse depuis trois ans (545 000 € de CA en 2012, 320 000 € en 2014), la société Amylgen de Montferrier-le-Lez (34) a directement subi le contrecoup d'un programme de recherche non abouti, dans le domaine de la maladie d'Alzheimer.

"Toutes les tentatives de la recherche ont échoué ces dernières années, et le médicament tant espéré en ce qui concerne la maladie d'Alzheimer n'est pas arrivé. C'est quelque chose qui a coûté beaucoup d'argent, les investisseurs se sont désengagés. Pour cette raison, nous nous sommes orientés aussi vers l'agroalimentaire, qui est en plein développement."

La société veut donc utiliser son savoir-faire, en l'adaptant, pour tester des compléments alimentaires dédiés à la santé du cerveau. "La prévention joue un rôle de plus en plus important, et la qualité de la nutrition fait partie d'un tout", confie François Roman.

L'entreprise, qui propose ses services aux sociétés de recherche, est spécialiste du test produits (comme des médicaments, des extraits naturels ou végétaux, des molécules) par des rongeurs, afin d'en valider les effets bénéfiques sur le cerveau et la mémoire.

"La santé du cerveau est la première des préoccupations, avant celle de la prévention du cancer, explique François Roman, co-fondateur d'Amylgen. Nous intervenons au tout début de la recherche, sur des test rongeurs. Nos clients peuvent ensuite utiliser nos résultats pour les faire valoir et démarrer des tests humains, autrement plus coûteux."

Un bon redémarrage en début d'année

L'entreprise prévoit donc de se relancer sur la cible agroalimentaire, et veut doubler son chiffre d'affaires actuel grâce à ce relais de croissance. Elle annonce un bon démarrage sur les premières semaines de l'année 2015, répartissant son activité sur les deux secteurs (médicaments et compléments alimentaires), avec une part d'environ 30 % à l'export (Japon, USA, Europe).

Le salon Vitafood à Genève (Suisse), au mois de mai, est aussi porteur d'espoirs pour la croissance de l'entreprise. Qui, en attendant, accumule de l'expérience :

"Nous réalisons en ce moment des tests avec une entreprises de Baillargues (34) qui produit des micro-algues. Ces dernières ont les mêmes vertus que le poisson, mais celui-ci peut être pollué, notamment par des métaux lourds. Avec des tests concluants, notre client peut envisager de commercialiser ces micro-algues d'élevage, qui surproduisent des acides gras (lipides) bénéfiques à la santé cérébrale sous forme de complément alimentaire (de la poudre, par exemple)."

Amylgen emploie actuellement 6 personnes et espère poursuivre son recrutement cette année, sur la base de son regain d'activité.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :