Innovation à l'IES Montpellier : un incubateur d’interdisciplinarité scientifique

 |   |  609  mots
Une partie des startuppers installés au sein de l'IES de Montpellier.
Une partie des startuppers installés au sein de l'IES de Montpellier. (Crédits : DR)
Le laboratoire montpelliérain spécialiste des composants et systèmes électroniques veut promouvoir un modèle innovant d’incubateur de start-ups. Son postulat : l’interdisciplinarité scientifique favorise les avancées scientifiques et les innovations.

L'Institut d'électronique et des systèmes (IES), dirigé par Alain Foucaran, est une Unité mixte de recherche du CNRS et de l'Université de Montpellier, comptant 220 collaborateurs et reconnu dans les domaines de l'infra-rouge, de la fiabilité, des capteurs et des Terahertz.

Il y a deux ans, l'IES a créé son propre « incubateur », baptisé l'Espace start-ups et piloté par Bruno Sagnes, enseignant-chercheur de l'IES. S'il ne s'agit pas d'un incubateur au sens habituel, puisque la structure ne propose pas d'accompagnement financier, ce lieu accueille en plein cœur de l'IES des projets et start-ups ayant comme point commun la dimension « électronique ». Mais pas seulement...

Car cet espace d'innovation présente une particularité : il favorise, et c'est même son ADN, l'interdisciplinarité des compétences scientifiques.

« La structure universitaire et le CNRS sont organisés en silos, par spécialité scientifique, explique Alain Foucaran, directeur de l'IES. Nous avons observé que nous aurions par exemple intérêt à recruter des biologistes ou des chimistes à l'IES, car les avancées scientifiques se font souvent aux interfaces de plusieurs disciplines scientifiques. Mais le système ne le...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2018 à 12:07 :
Merci beaucoup Cécile pour la qualité de votre article, je suis toujours admiratif de la capacité qu'on les journalistes (les meilleurs) d'extraire l'essentiel ... ce qui est très largement votre cas.
Merci,
amitiés
Alain
Réponse de le 15/03/2018 à 0:36 :
Je te rejoins complément sur ce point, Cecile est surprenante dans sa capacité de synthèse.
Toujours un plaisir de recevoir votre newsletter et de voir qu'il y a plein de beaux projet dans notre region.
Pierre
Réponse de le 15/03/2018 à 0:37 :
Je te rejoins complément sur ce point, Cecile est surprenante dans sa capacité de synthèse.
Toujours un plaisir de recevoir votre newsletter et de voir qu'il y a plein de beaux projets dans notre region.
Pierre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :