La FHP LR évalue les défis de l'ambulatoire

Alors qu'elle dévoilait le nom de son nouveau président, Pascal Delubac, le jour même, la Fédération régionale de l'hospitalisation privée a organisé, le 20 novembre à SupAgro Montpellier, son colloque annuel sur les enjeux du développement de l'ambulatoire.

2 mn

Le colloque de la FHP LR du 20 novembre 2014
Le colloque de la FHP LR du 20 novembre 2014 (Crédits : Anthony Rey)

Dans un passage de témoin à son successeur à la présidence de la FHP LR, Lamine Gharbi, désormais président de la Fédération au plan national, a rappelé la légitimité du secteur privé à se positionner sur cette question ("Il faut se souvenir que la chirurgie ambulatoire a été inventée par des médecins du privé, attaqués à cette époque par le public, qui voulait empêcher ces expérimentations, et se souvenir aussi que le privé représente désormais 60 % de ce marché national"), avant de céder la parole à Pascal Delubac.

Pascal Delubac était depuis 2007 vice-président de la FHP LR. Il représente la FHP LR dans différentes instances de concertation (CRSA, CRCI, ...) principalement en lien avec l'Agence Régionale de Santé (ARS) sur la planification, les contrats, le droit des patients depuis 2004.

"L'hospitalisation privée avait amorcé le mouvement de l'ambulatoire, et désormais, il nous faut anticiper les nouvelles modalités de prise en charge, explique-t-il. Aujourd'hui le sujet est plus technique. Or le ministère a une vision comptable de ces questions. Il existe un fonds spécialisé pour moderniser les hôpitaux, qui n'a servi qu'à reconstruire des hôpitaux-cathédrales au lieu de réduire le nombre de mètres carrés et de faire de l'ambulatoire."

Vu du terrain

Le colloque organisé par la FHP LR se proposait d'évoquer les enjeux de l'ambulatoire vus par les acteurs du terrain, à travers les témoignages du Dr Jean-Luc Baron (président de la Conférence nationale des présidents de CME de l'hospitalisation privée), Olivier de La Barre (Architecte associé AIA), Dr François Demesmay (directeur médical du groupe Capio) et Dr Sylvie Meisel (chef de projet ARS-LR).

"L'hôpital de jour a été créé en 1997 dans le secteur des soins de suite et de réadaptation (SSR), rappelle le Dr Paul Gobin, vice-président du bureau de la FHP-SSR. Ce sont les patients qui nous y ont poussé. Toutes les études le montrent : ce qu'ils veulent, c'est rentrer chez eux. Du coup, l'hôpital de jour sert non plus en alternance à l'hospitalisation complète, mais en tant que filière de soin : il sert à remettre le patient dans son lieu de vie. Notre métier, c'est la réadaptation."

"Dans le secteur privé, l'hospitalisation de jour date seulement d'un décret de 2005 et est donc récente, indique le Dr Olivier Drevon, président de l'Union nationale des cliniques psychiatriques (UNCPSY). Nous sommes passés de 100 à 1 000 places aujourd'hui. Nous avons voulu éviter d'avoir des temps d'hospitalisation allongés. Non pas en développant un approche de type "cocooning", qui correspond à une conception archaïque de la psy. Mais en amenant directement des soins thérapeutiques, avec un planning de prise en charge de 10 à 15 venues."

La FHP LR traite 700 000 patients dans les établissements adhérents, qui développent 800 M€ de chiffre d'affaires ou de recettes en région.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.