Pôles de compétitivité : au revoir Pégase et Risques, bonjour Safe

 |   |  315  mots
La société aixoise Novadem (robotique aérienne) est adhérente au pôle Pégase
La société aixoise Novadem (robotique aérienne) est adhérente au pôle Pégase (Crédits : Novadem)
Le projet de fusion nourrissait les conversations ces derniers mois. Les pôles Risques (implanté en Languedoc-Roussillon et PACA) et Pégase (PACA) s'unissent pour devenir le Cluster Safe, rassemblant 600 acteurs de la sécurité des infrastructures, de la surveillance environnementale, des risques industriels ou de la surveillance des frontières.

C'est pour une meilleure mutualisation et parce que leurs domaines devenaient réellement connexes que les Pôles Pégase et Risques ont décidé d'unir leurs destins. À l'image de ce qui se passe dans le milieu entrepreneurial, c'est la question de la taille critique qui a initié ce rapprochement. L'union sera officielle le 18 décembre prochain lors d'une assemblée générale prévue pour se tenir à Cannes (06).

Michel Fiat président ?

Dans la corbeille de la mariée, le Pôle Risques, né en 2005, amène ses 260 adhérents dont 70 % sont des PME installées en PACA et Languedoc-Roussillon, tandis que le Pôle Pégase, fondé en 2007, apporte ses 300 adhérents parmi lesquels 190 TPE/PME et une dizaine de grands donneurs d'ordre, essentiellement basés en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Depuis l'an dernier, les deux pôles se partageaient déjà le même président, Michel Fiat, directeur des opérations chez Thales Alenia Space. Ce dernier devrait être - sauf surprise - reconduit dans ses fonctions. Cependant, l'élection officielle se tiendra bien évidemment le 18 décembre prochain.

Une ambition internationale

Désormais dénommé Cluster Safe (Security and Aerospace actors for the Future of Earth), ce nouveau pôle, qui devrait obtenir rapidement une labellisation officielle, ne cache pas son ambition internationale. Surtout ce rapprochement doit permettre des complémentarités dans les projets de R&D comme dans la chaîne de valeur.

En effet, tandis que le pôle Pégase réunissait les fournisseurs de solutions aux problématiques de sécurité et de surveillance, le pôle Risques rassemblait les potentiels clients de ces fournisseurs. Au-delà de cette logique, il faut aussi prendre en compte la dimension économique : pour qu'une solution de sécurité innovante soit efficace, elle a besoin d'être utilisée et connue des clients finaux, collectivités comme citoyen lambda.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :