Bouge ta Boite enrôle Anne Brissaud pour son lancement à Montpellier

 |   |  532  mots
Anne Brissaud (animatrice) et Marie Eloy (fondatrice) présentent le réseau Bouge ta Boite à Montpellier
Anne Brissaud (animatrice) et Marie Eloy (fondatrice) présentent le réseau Bouge ta Boite à Montpellier (Crédits : Anthony Rey)
Bouge ta Boite a organisé, le 16 octobre, une réunion de lancement à Montpellier. En très fort déploiement en France, le réseau business féminin boucle une quarantaine d'implantations en 2018, vise les 150 en 2019, avant d'activer son développement à l'international.

Créé en septembre 2017 après une phase pilote en Bretagne, le réseau business féminin Bouge ta Boite enregistre actuellement l'un des deux plus rapides déploiements en France dans le genre, aux côtés du réseau de recommandation d'affaires international BNI : il va ouvrir, à Montpellier, sa 38e implantation sur les 40 prévues en 2018. Dès 2019, Bouge ta Boite visera le cap des 150 "cercles"ouverts sur le plan national.

"Bouge ta Boite s'est développé à une vitesse virale. Il existe 300 réseaux féminins en France, mais ce sont tous des réseaux d'entraide. Bouge ta Boite est le seul à être centré business et chiffre d'affaires, avec l'obligation de se faire des recommandations tous les 15 jours. La France compte 30 % de femmes créatrices d'entreprise, mais seules 12 % disent vivre correctement de leur activité. Nous n'avons aucun impact économique alors que l'économie régit tout. C'est une situation qui doit changer. Chaque cercle se propose donc de faire augmenter le chiffre d'affaires des "bougeuses" avec bienveillance", analyse Marie Eloy, fondatrice de Bouge ta Boite.

Vingt métiers par cercle

En préfiguration du cercle montpelliérain prévu à Montpellier, une réunion de lancement, tenue le 18 octobre, a attiré une quarantaine d'entrepreneures issues de secteurs variés (santé, droit, finances, assurance, expertise-comptable, marketing, édition, coaching, artisanat, création...). Chaque cercle créé par Bouge ta Boite (plusieurs cercles sont possibles) doit compter un maximum de 20 entrepreneures, représentant autant de métiers distincts.

Le cercle est animé par une "boosteuse", généralement validée et formée par le réseau après une démarche de sollicitation personnelle, et confirmée à ce poste par vote. C'est le cas à Montpellier, où Anne Brissaud - conseillère municipale, métropolitaine, et agent générale d'AXA Assurance de profession - vient d'être élue pour animer ce cercle pendant six mois.

"J'ai observé qu'il se crée de nombreux réseaux, mais selon des thématiques et des disponibilités qui ne sont pas toujours les mêmes. Après avoir vu plusieurs membres de Bouge ta Boite, j'ai été convaincue par leur organisation pour réunir les femmes, pour les aider à faire fonctionner leur entreprise et à mieux gagner leur vie", témoigne Anne Brissaud.

Un cycle de rencontres

Le mode de fonctionnement de Bouge ta Boite prévoit un cycle de rencontres composé de séances de brainstorming collectif bimensuelles (le "BougeUP"), de duos organisés une fois par mois entre deux "bougeuses", et d'un atelier organisé chaque mois par une "bougeuse" pour passer au crible son business model.

Les candidates devront soumettre un dossier sur la plate-forme de Bouge ta Boite, en vue de former un coeur de cinq à six entrepreneures, qui devront valider le reste des membres (tarif d'adhésion : 490 € HT par an). Le réseau offre notamment une page web professionnelle à chaque adhérente. Il compte actuellement 270 membres sur le plan national, et plus de 500 en comptant les dossiers en attente de validation sur son outil.

Constitué sous statut d'entreprise, Bouge ta Boite est en cours de levée de fonds. Le réseau prévoit de s'étendre à l'Afrique et en Europe de l'Est à compter de 2020.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2018 à 8:34 :
Une association "économique" de plus. Je souhaite à Madame Brissaud beaucoup d'originalité et d'efficacité. Mais pour avoir fréquenté ce type de structure depuis plus de 40 ans, j'en doute. On peut tromper mille personnes une fois, mais pas une personne mille fois.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :