Pousse Pousse remporte le 20e prix Alfred Sauvy

 |   |  570  mots
Les trois fondateurs de Pousse Pousse aux côtés de l'entrepreneur Emmanuel Stern, président du Prix Alfred Sauvy
Les trois fondateurs de Pousse Pousse aux côtés de l'entrepreneur Emmanuel Stern, président du Prix Alfred Sauvy (Crédits : Jerom O'Donnell)
La start-up catalane, qui propose des box de jardinage écoresponsables, a remporté le 20e prix Alfred Sauvy, le 6 décembre, face à neuf autres candidats. Elle coiffe un palmarès intégrant aussi BassMe, Guarra et HelloMyBot.

Le 6 décembre au Théâtre de l'Archipel à Perpignan, le prix Alfred Sauvy des cadres catalans, qui fête cette année ses 20 ans, a récompensé la jeune start-up Pousse Pousse pour son projet de commercialisation de box de jardinage écoresponsables. L'entreprise a remporté un chèque de 10 000 € (somme qui devrait être doublée l'année prochaine grâce à Diam Bouchage).

Le Printemps, déjà conquis

Se définissant comme étant « la BirchBox » de la nature, Pousse Pousse propose une box mensuelle adaptée aux saisons.

« Durant le printemps et l'été, nous proposons des graines et jeunes plants bio pour le potager. Pour les saisons automne / hiver, nous introduisons la nature dans les intérieurs, avec des plantes d'intérieur sélectionnées pour leurs spécificités, notamment celles ayant des pouvoirs dépolluantes », expliquent les trois amis d'enfance soudés autours de ce projet qui prend peu à peu de la hauteur.

Les box de Pousse Pousse sont actuellement vendues au Printemps Boulevard Haussmann en sélection cadeau de Noël, et sont également distribués dans des magasins du réseau Biocoop. D'autres partenariats commerciaux devraient être conclus prochainement.

Une campagne publicitaire d'une semaine remportée sur TF1 devrait permettre à la jeune société d'à peine 8 mois de gagner en visibilité sur le territoire national, voire à l'international.

La start-up qui prépare une seconde de levée de fonds sur Twitter, ambitionne pour les 5 prochaines années de « devenir leader dans l'univers des box nature et de jardinage en France et en Europe ». Engagée socialement et environnementalement, l'entreprise souhaite sensibiliser et impliquer le maximum de personnes dans la lutte contre le réchauffement climatique, à travers notamment ses ateliers incitant au recyclage.

BassMe, Guarra et HelloMyBot également distinguées

Par ailleurs, la « Mention spéciale du jury » a été décernée à BassMe (Studio Duroy) qui commercialise un caisson personnel de basses qui, disposé sur la poitrine, permet de ressentir plus intensément le son, émis notamment par la musique ou le cinéma, grâce à des ondes sonores et des vibrations.

Le prix « Coup de cœur du jury » est revenu à Guarra qui conçoit et commercialise depuis 2018 des combinaisons dédiées à la pratique du canyoning, plus solides et plus souples par rapports aux produits existants. La fondatrice de l'entreprise, Solange Cottin, ambitionne de devenir, en cinq ans, leader sur le marché du canyoning et des sports en eau vive en France et à l'international.

Hubert Fisselier, fondateur de Hellomybot, est quant à lui reparti avec le « Prix spécial du jury » pour sa solution de conception et de mise en ligne d'agents conversationnels sur différents canaux comme les messageries instantanées, les sites Web, le téléphone ou encore les enceintes connectées Google Home et Amazon Echo.

Les autres entreprises qui étaient en lice pour le prix Sauvy sont : Aéron (mise au point d'un avion trans-régional électrique), HelloTerroir (mise en relation des professionnels du terroir catalan avec les touristes en recherche d'immersion), Illusions Plus (diffusion multi-supports de contenus numériques), Pitch'One (conception et commercialisation d'espace sportifs modulables et multigénérationnels), Plastic @ sea (test du degré de toxicité des plastiques en mer), LoKiCool (conception et commercialisation de conteneurs aquatiques bien-être).

En vingt ans d'existence, le Prix Alfred Sauvy a mis en lumière de nombreuses entreprises, telles que Navista (2000), Carmelec (2004), Laboratoires E.V. Roig (2008), Ecocup (2010), Caminade (2015) ou encore Microbia (2016).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :