Le CJD Montpellier décrypte les pièges de la pensée

 |   |  437  mots
Le mentaliste Rémi Larrousse a démonté les mécanismes de la prise de décision, thème de la soirée du CJD Montpellier
Le mentaliste Rémi Larrousse a démonté les mécanismes de la prise de décision, thème de la soirée du CJD Montpellier (Crédits : Anthony Rey)
Le CJD de Montpellier a placé sa soirée annuelle, tenue le 20 juin à Villeneuve-lès-Maguelone (34), sous le signe de l'audace, en démasquant les biais cognitifs qui affectent la prise de décision au quotidien. La nouvelle équipe dirigeante, qui entrera en fonction sous peu, a aussi été annoncée.

Près de 350 participant(e)s ont assisté à la soirée prestige annuelle du Centre des jeunes dirigeants (CJD) de Montpellier, le 20 juin à Villeneuve-lès-Maguelone (34). L'occasion pour cette association de jeunes entrepreneurs, créateurs, repreneurs ou cadres dirigeants de réaffirmer son socle de valeurs, par la voix de son président Julien Cavadore.

"Nous sommes rassemblés autour de valeurs communes telles que la responsabilité, la loyauté, le respect de la dignité humaine et la solidarité. Elles nous permettent de nous former en tant que jeunes dirigeants, d'expérimenter, de sortir de notre zone de confort", affirme-t-il.

Sortir du cadre : tel était en effet un des enjeux de la soirée, ponctuée de trois mini-conférences autour du thème "Comment déterminer nos choix ?". La question a été abordée sous des angles différents, avec un regard onirique porté sur le sujet par Violaine Magnat (experte en intelligence collective), ou une approche expérientielle incarnée par Laurence de la Ferrière (seule femme au monde à avoir traversé l'Antarctique).

Éviter les biais cognitifs

Pour sa part, le mentaliste Rémi Larrousse a démonté les mécanismes des biais cognitifs pouvant affecter la prise de décision chez les chefs d'entreprise, au travers de quelques numéros engageant l'audience de façon souvent surprenante. Il rappelle notamment que seules 25 % des décisions prises en entreprise reposent sur plus de deux choix, alors que 71 % de ces décisions ne comptent que deux choix, avec un taux d'erreur bien plus important.

"Le cerveau a tendance à tomber dans un cadrage serré, un automatisme de la pensée où il réduit le plus le nombre de choix possibles. Dans l'entreprise, on identifie cette tendance car elle repose souvent sur des choix binaires, à base de oui/non : faut-il recruter ? Faut-il baisser ses prix ?... au lieu de jouer sur tous les autres paramètres à disposition face à la concurrence. Pour déjouer ce piège, il faut élargir au maximum les options possibles", explique Rémi Larrousse.

Alors que le mandat de deux ans de Julien Cavadore, président, et de Bénédicte Sauvebois, vice-présidente, touche à sa fin, la soirée a aussi permis de dévoiler l'identité de ceux qui leur succèderont sous peu à la tête du CJD Montpellier. Le nouveau tandem assumant la présidence sera formé de Sandrine Foucault et Grégoire Lochard.

Le CJD Montpellier compte 103 jeunes dirigeants adhérents, représentant 2 430 salariés et une activité cumulée de 240 M€. C'est l'une des six sections locales composant le CJD Languedoc-Roussillon, avec Alès, l'Aude, Béziers, Nîmes et Perpignan.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :