Un nouveau business club s'implantera à Montpellier à la rentrée

 |   |  343  mots
Vincent Martin a présenté le Montpellier Méditerranée Business Club lors du dernier Printemps des Réseaux
Vincent Martin a présenté le Montpellier Méditerranée Business Club lors du dernier Printemps des Réseaux (Crédits : Montpellier Méditerranée Business Club)
Le réseau Business Club Group, qui compte 15 clubs en France et 1 200 adhérents, lancera le 25 septembre un nouveau club à Montpellier. Il organisera des déjeuners-conférences tous les premiers jeudis du mois.

Le réseau Business Club Group, créé en 2013, compte déjà 15 clubs, répartis essentiellement dans le nord de la France. Le Montpellier Méditerranée Business Club (MMBC), lancé à la rentrée, sera la première implantation dans le sud du pays. Il sera managé par Vincent Martin, fondateur et dirigeant de la société de conseil La courbe Verte, animateur du club APM de Nîmes et membre du CJD de Nîmes.

"Le réseau a choisi de s'implanter à Montpellier car c'est une métropole qui a un certain poids économique et une diversité d'entreprises intéressantes, affirme Vincent Martin. C'est un centre de gravité accessible à tous les acteurs régionaux."

Un format de déjeuners-conférences

Alors qu'il existe déjà de nombreux clubs économiques dans la région, le MMBC entend se démarquer par son format de déjeuners-conférences.

"On a décidé d'organiser nos rencontres entre midi et 14h, dans un créneau très cadré, explique Vincent Martin. De plus, nous avons choisi un lieu qui se veut accessible, même pour les entrepreneurs gardois. Enfin, trois jours avant la rencontre, les inscrits recevront la liste complète des personnes présentes et pourront choisir à côté de qui ils veulent être placés."

Bien que la programmation ne soit pas encore établie pour la première année, le manager prévoit d'inviter à la fois des acteurs locaux et des intervenants nationaux comme Henri Leconte, ou Patrick Dutartre, ancien leader de la Patrouille de France.

"Nous projetons d'inviter des personnalités issues d'univers très différents comme des sportifs ou des artistes. Ils transmettront leur expérience qui peut s'appliquer dans d'autres domaines", détaille Vincent Martin.

Ce réseau devrait davantage rassembler des acteurs du système productif. Vincent Martin envisage de regrouper une cinquantaine d'adhérents au début, pour passer à 80 voire 100 au bout de la première année.

"Je ne suis pas inquiet, précise-t-il. Autour de moi, cela intéresse déjà plusieurs acteurs, même gardois."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :