ESS : pourquoi le Pôle Réalis va essaimer sur l’ex-Midi-Pyrénées

La Région Occitanie se veut pionnière dans le développement de l’économie sociale et solidaire. Elle annonce qu’elle va dupliquer, dans l'Occitanie-ouest (ex-Midi-Pyrénées), le dispositif du Pôle Réalis, cette pépinière d’entreprises dédiée à l’ESS et créée à Montpellier en 2013.
Cécile Chaigneau
A Montpellier, le Pôle Réalis, qui héberge des entreprises de l'ESS, est opérationnel depuis 2013.
A Montpellier, le Pôle Réalis, qui héberge des entreprises de l'ESS, est opérationnel depuis 2013. (Crédits : Conseil régional LR)

Parmi les décisions prises lors de l'Assemblée plénière du Conseil régional Occitanie du 14 novembre, au moment du débat sur les orientations budgétaires 2020, figure l'essaimage de la démarche initiée par l'ex-Région Languedoc-Roussillon pour se doter d'une pépinière d'entreprises dédiée à l'économie sociale et solidaire (ESS) et basée à Montpellier, le Pôle Réalis : « La Région propose de consolider son action dans le champ de l'économique sociale et solidaire, par l'extension à tout le territoire des activités de la pépinière Réalis ».

Le pôle Réalis (3 500 m2) est opérationnel depuis l'automne 2013. Il a accompagné 56 entreprises dans tous les secteurs d'activité, et généré la création de plus de 350 nouveaux emplois. Sa directrice, Céline Combes, annonce un taux de pérennisation des entreprises de 93 % à trois ans. Celles-ci ont fait au préalable l'objet d'une sélection exigeante. Elles sont aujourd'hui au nombre de 32 à être accompagnées par le pôle, dont une partie hors les murs.

« Ne pas dépouiller les territoires »

« Le modèle de Réalis a fait ses preuves, se félicite Marie Meunier-Polge, conseillère régionale de la Région Occitanie et militante de la première heure pour l'ESS, présente aux 4e Rencontre de l'innovation sociale le 19 novembre à Montpellier. Nous avons mené une vaste réflexion et réalisé un diagnostic de territoire sur l'ensemble de la région en rencontrant les acteurs pour faire un état des besoins des entreprises de l'ESS. Depuis la fusion du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées, la région est grande et nous nous devons de redistribuer nos services. Car l'objectif, c'est de ne pas dépouiller les territoires ! Il y a des entrepreneurs qui veulent rester sur leur territoire, notamment dans les zones rurales. Il faut les soutenir, d'autant que l'ESS produit des emplois non délocalisables. »

Pour autant, la Région ne prévoit pas de construire un bâtiment dédié comme il en existe un à Montpellier. La conseillère régionale annonce que l'essaimage se fera « autrement sur les territoires, à travers la Cité des start-ups que crée la Région sur le grand Toulouse (au sein des anciennes halles Latécoère de Toulouse, ndlr), mais aussi dans les Maisons de la Région, qui ont vocation à favoriser la proximité ».

Un plan de professionnalisation

La ligne budgétaire est prévue mais pas encore chiffrée. Mais l'élue annonce que le dispositif côté Occitanie-ouest devrait être opérationnel au 2e semestre 2020, quand sera livrée la dernière tranche de la Cité des start-ups à Toulouse.

« Sa place au cœur de la Cité des start-ups est intéressante car il y a des mélanges qui se font et qui peuvent être vertueux », ajoute Marie Monnier-Polge.

Par ailleurs, un plan de professionnalisation va être déployé en 2020 auprès d'une centaine de développeurs économiques que sont les professionnels de l'accompagnement des chambres consulaires et les agents territorialisés de l'agence de développement économique Ad'Occ. Son objectif : sensibiliser à l'ESS et permettre aux développeurs de détecter des projets et de les accompagner, les orienter.

Une fois le dispositif de pépinière déployé, un élargissement de l'offre de formation de Réalis donnera des droits d'accès pour les projets accompagnés sur des sujets comme le financement ou la gouvernance.

Le fonds dédié à l'ESS promis pour 2020

Quant au fonds ESS créé par la Région Occitanie, évoqué de longue date, Marie Meunier-Polge assure qu'il devrait être mis en œuvre avant l'été 2020.

« Ce fonds interviendra en haut de bilan car il y a une grosse demande des entreprises de l'ESS qui ont besoin de se structurer et n'accèdent pas à ce type de financement, précise-t-elle. C'est un peu long car il y avait des ajustements à faire, et il faut des fonds : la présidente Carole Delga vient d'arrêter la participation de la Région, de l'URSCOP et c'est France Active qui sera le porteur de ce fonds, doté de 8 M€. Ce sera le 1er en France permettant d'ouvrir le financement en haut de bilan aux entreprises de l'ESS. Il existe des fonds similaires mais qui sont réservés aux coopératives. »

Sur l'ensemble de l'Occitanie, l'ESS représente 23 000 établissements et 214 000 salariés, soit 17 % de l'emploi privé.

Cécile Chaigneau

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.