Naissance de Labofrance, nouveau géant de la biologie libérale

 |   |  330  mots
Labosud OcBiologie, à Montpellier, rassemble 72 laboratoires à ce jour.
Labosud OcBiologie, à Montpellier, rassemble 72 laboratoires à ce jour. (Crédits : Labosud OcBiologie)
Labosud OcBiologie, groupement de 72 sites d'analyses biologiques médicales basé à Montpellier, est une des sociétés à la manœuvre dans le lancement d'une holding nationale, créée le 10 octobre. Celle-ci implique déjà 30 structures, et donnera naissance à un groupe pesant plus de 1 Md€.

Labosud OcBiologie, qui se présente comme le "premier groupe libéral national de biologie médicale", est une des sociétés les plus impliquées dans la création, signée le 10 octobre à Paris, d'une holding constituante baptisée Labofrance, appelée à prendre une place majeure dans ce secteur.

Le groupement de 72 laboratoires d'analyses biologiques médicales, basé à Montpellier, prend, ainsi, une part active dans la création d'un réseau de "biologie libérale" réunissant plusieurs structures du même type réparties dans tout le pays : des groupements régionaux (Oriade, Genbio, Bioesterel...) et des réseaux nationaux non capitalistiques (BPR, Labster...).

La création de cette holding impliquerait une trentaine de sociétés et de laboratoires, soit 25 % du secteur, avec des chiffres d'affaires compris entre 3 M€ et 50 M€. Sous cette configuration, Labofrance pèserait déjà 1,1 Md €, avec de bonnes perspectives pour que ce chiffre atteigne, sous peu, 1,5 Md €, selon Georges Ruiz, président de Labosud OcBiologie.

"De par la loi, nous sommes limités géographiquement à nous étendre sur trois ou sur six territoires de santé, là où les grands groupes, dits "industriels", de notre secteur peuvent s'étendre à 10 ou 12 régions médicales en vertu de divers montages juridiques et financiers, commente-t-il. Face à ces groupes, souvent contrôlés par des fonds de pension, la structure libérale que nous sommes veut aider les groupements régionaux adhérents à Labofrance à se développer et à atteindre la maîtrise territoriale régionale, comme nous l'avons fait."

Labofrance ambitionne de réunir rapidement 50 % des laboratoires du secteur. Concrètement, tous les biologistes pourront être actionnaires, à titre individuel, de la holding. La charte, le statut et le règlement intérieur de Labofrance devront être rédigés, selon Georges Ruiz, avant le 30 juin 2015.

Labosud OcBiologie (800 salariés) a réalisé un chiffre d'affaires global de 100 M€ en 2013.

Retrouvez notre focus sur Labosud OcBiologie dans le numéro de La Tribune actuellement en kiosque.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :