La Dépêche du Midi rachète officiellement le groupe Midi Libre

 |   |  463  mots
J.-M. Baylet, B. Maffre et J.-N. Baylet, le 25 juin au siège des Journaux du Midi
J.-M. Baylet, B. Maffre et J.-N. Baylet, le 25 juin au siège des Journaux du Midi (Crédits : Anthony Rey)
Détenus par Sud Ouest depuis 1997, les Journaux du Midi passent dans le giron de la Dépêche du Midi, présidée par Jean-Michel Baylet, après deux ans de négociation. L'opération a été conclue le 25 juin, pour un montant de 15 M€.

La première réunion avec les nouveaux administrateurs des Journaux du Midi (éditeur du Midi Libre, de L'Indépendant et de Centre Presse) s'est tenue le 25 juin, au siège de Saint-Jean-de-Védas (34), actant le rachat du groupe de presse régionale par La Dépêche du Midi (qui publie le journal éponyme, La Nouvelle République des Pyrénées, et Le Petit Bleu du Lot-et-Garonne), basée à Toulouse. L'opération - à rapprocher des 90 M€ payés par le groupe Sud Ouest en 1997 - a nécessité 15 M€ d'investissement pour une une prise de participation majoritaire de La Dépêche du Midi, aux côtés de son partenaire Centre France (éditeur de huit journaux dont La Montagne, L'Écho républicain, etc.), qui acquiert 6,33 % du capital.

Elle donne naissance au 4e groupe de presse quotidienne régionale en France (avec EBRA, Ouest France et La Voix du Nord), couvrant 15 départements et employant à ce jour plus de 1 700 personnes. Quelque 150 suppressions de postes dans chacun des deux groupes pourraient en résulter, même si Jean-Michel Baylet, P-dg de La Dépêche du Midi, s'est refusé à confirmer ce chiffre. L'agence du Midi Libre à Narbonne (11) sera notamment fermée le 31 août.

"Aujourd'hui, un groupe de presse vaut zéro, souligne Jean-Michel Baylet. Il est indispensable que l'équilibre soit modifié entre les recettes générées par les journaux et celles venant de la diversification. Or les pertes liées à la diffusion et à la publicité peuvent atteindre 3 à 5 M€ selon les années. Seules les marques ont de la valeur. C'est pourquoi nous voulons créer les conditions d'un retour à la prospérité, en nous diversifiant sur l'événementiel et sur le numérique."

Un nouvel organigramme

Le rachat des Journaux du Midi se traduit aussi par une réorganisation sensible en interne. Vice-président de La Dépêche du Midi depuis dix-sept ans, et tout en conservant ce poste, Bernard Maffre devient le nouveau P-dg du groupe languedocien, remplaçant Olivier Gerolami (groupe Sud Ouest). Xavier Clément, DRH du groupe toulousain, est nommé directeur général des Journaux du Midi.

Pour sa part, Jean-Nicolas Baylet, l'un des fils de Jean-Michel Baylet, est nommé vice-président en charge du numérique. Parmi les axes évoqués pour le groupe Midi Libre, il cite la mise en route d'un abonnement premium, le passage au modèle "paywall" (accès gratuit limité à un certain nombre d'articles) et le lancement d'un journal quotidien de six minutes sur smartphones, à l'image de celui que La Dépêche du Midi produit tous les jours vers 18h.

En 2014, La Dépêche du Midi et Les Journaux du Midi ont respectivement généré 145 M€ et 120 M€ de chiffres d'affaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2015 à 9:56 :
On est un homme politique clé de la région, on est propriétaire d'un journal quasiment monopolistique dans lequel on place la famille... La nouvelle région s'annonce comme un territoire démocratique exemplaire. Vraiment rien à dire niveau déontologique !
Réponse de le 11/08/2015 à 11:36 :
moi je dis bravo a la famille baylet qui prospere et sauve des emplois la ou d autres en detruisent. bravo monsieur Baylet

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :