« Le chef d'entreprise a besoin d'un climat sain »

 |   |  262  mots
Fabien Portes, président du Medef Béziers, lors de l'Université d'été du Medef les 26 et 27 août 2015.
Fabien Portes, président du Medef Béziers, lors de l'Université d'été du Medef les 26 et 27 août 2015. (Crédits : Laurence Boterro)
Présent à l'Université d'été du Medef, qui se tient ces 26 et 27 août sur le campus de Jouy-en-Josas (78), Fabien Portes, le président du Medef Béziers, met ses pas dans ceux de Pierre Gattaz, le président national, particulièrement offensif vis-à-vis des réformes à mener et exhortant les entrepreneurs à avoir de l'audace.

Pierre Gattaz parle des 5 V - vision, vérité, valeur, volonté et victoire - comme les piliers d'une méthode utilisée par les entreprises et qui doit permettre à la France de relever les défis qui sont les siens...

« C'est un discours très terre à terre. Nous sentons, en effet, une amorce de reprise. Nous devons accompagner cette reprise. Et il était important, ici, de bien réaffirmer ce dont les patrons ont besoin. Car plusieurs sujets - dont le dialogue social - nous inquiètent. »

 Le patron des patrons encourage également les entrepreneurs à oser l'exportation...

« L'accompagnement des Medef locaux, c'est aussi cela, c'est aussi aider les entreprises à aller à l'international. Dans les territoires, nous sommes capables de faire des choses formidables, d'aller trouver des marchés, d'innover. »

 Les patrons ont malheureusement toujours peur d'embaucher. Et le premier ministre semble reprocher cela aux entrepreneurs. Qu'en pensez-vous ?

« Malgré la notion qu'il recouvre, qui pourrait faire penser qu'il y a une contrepartie, le Pacte de responsabilité, ce n'est pas un deal. Un patron embauche lorsqu'il a des carnets de commande fournis, des perspectives de croissance. Pour embaucher le chef d'entreprise a besoin d'un climat sain et simple. »

 Le Medef travaille sur projet intitulé « France 2020 » qui pense la France de demain. De quoi s'agit-il ?

« Cette France doit partir des territoires, c'est là où il y a la vérité. Ne perdons pas les chefs d'entreprises, ne perdons pas les CCI. Le Medef a bien compris cette indispensable proximité et combien il est important de casser l'isolement et de respecter les logiques de bassins de vie. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2015 à 9:08 :
Patron de 2 très petites sociétés, je précise aux journalistes que le Medef ne me représente pas.
a écrit le 27/08/2015 à 8:58 :
avec moi mon patron vit dans un climat très sain, dès que je peux me planquer j'en profite, il est parti en vacances pendant un mois on en a profité un Max ce qui compte c'est le jour de paye pour le reste rien à ciré. Il faut bien que l'on gratte un peu il ne va quand même pas garder le tout pour lui.
a écrit le 26/08/2015 à 21:30 :
En France, le chômage c'est les patrons, et les emplois c'est les politiciens. L'état protège les salariés contre les patrons cupides et spéculateurs. Pour cette raison, la France dégringole mais personne ne peut plus rien. L'éducation nationale, les élites bien-pensantes et les médias ont fait leur travail de sape. C'est foutu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :