La CCI Occitanie lance sa digitalisation avec CCI Store

Lors des voeux adressés à la presse, le 18 janvier, Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, a indiqué que la plate-forme de digitalisation des services de la chambre, annoncée un an plus tôt, sera lancée le 26 janvier. D'un coût de 4 M€, elle associe 85 CCI territoriales en France à ce jour, dont l'Hérault.

4 mn

Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie
Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie

Annoncée par ses soins un an auparavant, Alain Di Crescenzo, président de la CCI Occitanie, indique que cette nouvelle plate-forme nationale, baptisée CCI Store et opérationnelle le 26 janvier, fonctionnera comme une place de marché de services en ligne, 24h sur 24. Elle proposera une offre basée sur les services usuels de la CCI régionale (informations sur la création d'entreprises, formalités diverse, etc.), avec une possibilité d'adapter cette offre en fonction des spécificités locales - telles que l'économie de la mer pour la CCI de l'Hérault (CCI34), qui a fait partie des 11 CCI françaises sélectionnées comme beta testeurs de l'outil depuis deux ans.

"Il s'agit de mettre en relation les éditeurs de solutions et services pour les entreprises - qui sont pour un tiers les CCI -, et nos 240 000 ressortissants, qui sont dans des stratégies d'accroissement de la compétitivité ou en recherche de financements, décrit Alain Di Crescenzo. C'est une offre complète couvrant le cycle de vie de l'entreprise, accessible par application, web app ou logiciel SAS."

CCI Store, qui a été conçu par l'ex-CTO de Rue du commerce.com, bénéficie de 4 M€ d'investissements portés par le réseau CCI France ("la création d'un outil de cette ampleur par un tiers de confiance est une première mondiale", selon Alain DiCrescenzo). À ce jour, 11 CCI régionales et 85 CCI territoriales (sur 104) adhèrent à la démarche, avant que d'autres la rejoignent après des ajustements techniques et juridiques.

Une forte inflexion sur la formation

Par ailleurs, la CCI Occitanie promet un effort soutenu sur la formation en 2018. Le CFA régional baptisé Sud Formation et né dans l'ex-LR, a été étendu, depuis le 1er janvier 2018, à l'ex-MP.  "Nous allons former plus de 6 000 apprentis cette année", annonce Alain DI Crescenzo.

À Carcassonne (11), le chantier d'un nouveau CFA de 3 700 m2, d'une capacité de 800 personnes, démarrera sous peu. Il nécessite 16,7 M€ d'investissements, dont 8,5 M€ apportés par la Région, 5,7 M€ par la CCI Occitanie et la CCI de l'Aude, et de 500 000 € à 1 M€ selon les autres collectivités territoriales partenaires du projet.

L'apprentissage a d'ailleurs connu une collecte record en 2017 : 60 M€, soit une hausse de 3 %. Sur 2018, la CCI Occitanie se veut plus ambitieuse encore et table sur 5 à 10 % de taxes d'apprentissage en plus, en s'appuyant notamment sur l'Ordre des experts-comptables ou la mise en place de call centers où les entrepreneurs eux-mêmes seront mobilisés pour appeler leurs homologues.

"À Montpellier, le projet du nouveau campus de Montpellier Business School est parti, sous réserve de quelques arbitrages financiers concernant le site actuel, annonce André Deljarry, premier-vice président de la CCI Occitanie et président de la CCI34. Le maire Philippe Saurel a confirmé qu'il sera construit dans le quartier Cambacérès. Des institutions telles que la Région, la CCI Occitanie et la Caisse des dépôts nous suivent. C'est une dossier de 92 M€, avec 200 M€ de retombées économiques sur tout le territoire régional."

Des efforts douloureux à venir

Sur la question des équipements, la CCI Occitanie révèle également qu'elle obtenu, le 17 novembre, une délégation de service public de courte durée (deux ans) pour le port de Port-la-Nouvelle (2 millions de tonnes par an, 60 M€ de ventes de poissons, 250 anneaux). "Nous allons bénéficier des premiers travaux d'extension réalisés (récemment présentés par la Région, NDLR) de sorte que nous pourrons porter le potentiel d'emplois du port de 1 600 à 2 400 personnes, et travailler sur l'attractivité de la zone alentour", annonce encore Alain Di Crescenzo.

Parmi les indicateurs moins positifs, la CCI Occitanie précise, après le cri d'alarme lancé fin 2017 par les CCI territoriales, que la ponction sur les ressources imposées par l'État dans le cadre de la nouvelle loi de finances se chiffrera finalement à 20 %, et non plus 17 % comme initialement annoncé.

"Autrement dit, sur 78 M€ de taxes pour frais de charge en 2017, nous allons passer à 62 M€ en 2018, évalue Alain Di Crescenzo. Or nous n'avons 16 M€ en réserve, ce qui va nous obliger à une profonde restructuration, une nouvelle organisation, et donc des suppressions de postes (la CCI Occitanie emploie 1 300 ETP à ce jour, NDLR)."

D'autres actions précédemment annoncées - telles que le "Défi" régional sur le design confié en 2017 à la CCI34 - pourraient aussi faire les frais de ce train d'économies. "Elle pourrait être reprise par une collectivité d'importance : si nous ne sommes plus porteurs du projet, nous resterons associés dans l'opérationnel, en faisant de l'animation de terrain", décrit André Deljarry.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.