FAV : Quand l’architecture se fait belle

 |   |  503  mots
Installation « Showcase » à l’hôtel d’Hortoles
Installation « Showcase » à l’hôtel d’Hortoles (Crédits : Inigo Berriozabal et Enrique Lopez)
Pour sa 14e édition, du 11 au 16 juin, le Festival des Architectures Vives (FAV) a choisi la beauté comme source d’inspiration pour son parcours éphémère dans des lieux emblématiques de Montpellier. Une manifestation insolite destinée à encourager le grand public à changer de regard sur l’architecture.

Il suffit au visiteur curieux de pousser une porte, ou plutôt plusieurs portes. De lourds battants, souvent très anciens, avant d'entrer dans de sublimes cours d'hôtels particuliers au charme délicatement montpelliérain. Éphémères, surprenantes, des installations s'y déploient sans scrupules dans l'espace de ces lieux pour la plupart privés, habituellement inaccessibles aux promeneurs, dont l'accès est libre le temps de cet événement inédit en plein coeur du centre historique de la ville.

Depuis 2006, le Festival Architectures Vives est organisé par Champ Libre, une association présidée par deux architectes montpelliérains passionnés : Élodie Nourrigat et Jacques Brion. Au lieu de proposer une exposition composée de plans et de maquettes, il ont préféré créer un festival offrant une véritable expérience de l'architecture au public grâce à la créativité débridée de jeunes architectes. Leur crédo : « L'architecture, ça se vit ».

Sur mesure

Cette année, dix équipes d'architectes ont été sélectionnés sur concours parmi 150 candidatures. Elles viennent de France, du Portugal, des Etats-Unis ou encore de Pays-Bas. Pourquoi des architectes plutôt que des artistes ? « Afin qu'ils proposent de véritables expériences spatiales du lieu en utilisant la matière, la lumière et l'espace », explique Élodie Nourrigat.

Cette nouvelle génération d'architectes a ainsi planché sur le thème du beau, investissant chacune la cour d'un hôtel particulier avec une installation sur mesure. Ce qui institue un véritable dialogue entre architecture contemporaine et site patrimonial remarquable.

Sel de Camargue cristallisé

La thématique se décline sous autant de formes, parfois radicales, que de projets. Sublime structure en sel de Camargue cristallisé à l'hôtel de Lunas, nid géant collaboratif en pinces à linge à l'hôtel de la Petite Loge, fresques bleues d'inspiration lusitanienne à l'hôtel du Palais des Guilhem... Ou encore questionnement sur l'impact de la pollution plastique sur la beauté à l'hôtel de Rozel.

Deux autres lieux sont à découvrir : la cour de l'hôtel des Trésoriers de la Bourse, investie par l'université new-yorkaise The Irwin S.Chanin School of Architecture, et la cour du Rectorat, qui abrite des installation co-réalisées par les étudiants de l'ENSAM de Montpellier et des élèves de primaire. Et, bien sûr, le traditionnel pavillon du Festival à l'hôtel Saint Côme, conçu pour cette 14e édition par Waste is More : une start-up montpelliéraine qui travaille sur la question de la revalorisation des déchets en les sublimant par le design et l'innovation.

Autant de territoires inattendus à découvrir et d'émotions à ressentir pour le visiteur, entre passé et futur. L'architecture se révèle un art social qui se vit et se partage. D'ailleurs, le public peut voter pour son installation préférée.

Ouverture le 11 juin à 14h. Du 11 au 16 juin. Gratuit. Informations au pavillon du FAV à l'hôtel Saint Côme. Remise du prix du public le 15 juin. http://festivaldesarchitecturesvives.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :