Occitanie : 4 460 entrepreneurs ont perdu leur emploi en 2018

 |   |  528  mots
Selon une étude GSC-Altares, le taux de perte d'emploi des chefs d'entreprise est en baisse de 4,6 % en un an en Occitanie
Selon une étude GSC-Altares, le taux de perte d'emploi des chefs d'entreprise est en baisse de 4,6 % en un an en Occitanie (Crédits : Yuriko Nakao)
D’après les chiffres récemment publiés par l’Observatoire de l’emploi des entrepreneurs, 4 460 femmes et hommes chefs d’entreprise ont perdu leur emploi en Occitanie en 2018. Un chiffre en baisse par rapport à 2017 qui inquiète tout de même l’association GSC.

L'association GSC (assurance perte d'emploi des dirigeants et des entrepreneurs) et la société Altares ont annoncé la troisième vague des chiffres de l'Observatoire de l'emploi. Tirées de l'étude des entreprises en liquidation judiciaire, les résultats démontrent que la région Occitanie représente près de 9% des pertes d'emploi des dirigeants d'entreprise en France, avec 4 460 chefs d'entreprise au chômage : une baisse de 4,6 % par rapport à 2017.

Des résultats contrastés sur le territoire régional

Le nombre d'entrepreneurs en situation de chômage est en hausse dans cinq des treize départements de l'Occitanie. Dans les Hautes-Pyrénées, 199 dirigeants d'entreprise ont perdu leur emploi en 2018 : 24,4% de plus qu'en 2017. Sont aussi touchés les départements du Lot, l'Ariège, et le Tarn-et-Garonne. Dans les Pyrénées-Orientales, 564 entrepreneurs sont au chômage en 2018 (hausse de 5,2%).

Dans les huit autres départements, la situation s'améliore. En Lozère, on relève un taux de chômage chez les entrepreneurs en baisse de 22,2% par rapport à l'année dernière alors qu'en Hérault, ce chiffre n'est en baisse que de 14,2%. En Haute Garonne et dans le Gers, le nombre de dirigeants touchés a baissé respectivement de 1,8% et de 1,6%. La Haute Garonne comptabilise 981 chefs d'entreprise en situation de perte d'emploi en 2018. Des chiffres à mettre en relation avec l'activité économique des départements et de la région.

Les petites entreprises plus touchées

D'après l'étude, 55% des entreprises de la région impactées par la perte d'emploi de leurs dirigeants comptaient un ou deux salariés.

Les activités commerciales sont les plus affectées, représentant 26% des pertes d'emploi de chefs d'entreprise en Occitanie. Dans le secteur de la construction, 6% d'entrepreneurs de moins sont concernés par le chômage. Ils représentent néanmoins 23,6% au niveau régional. Les domaines de la construction, du commerce et de l'hébergement, de la restauration et du débit de boisson concentrent 67% des pertes d'emploi, un chiffre qui détonne peu avec celui de 2017.

Sur le plan national, la baisse entamée connaît un ralentissement

En 2018, 50 185 dirigeants d'entreprise ont dû faire face à une liquidation judiciaire en France. Mais ce chiffre reste stable par rapport à 2017 (+ 0,3%).

Alors que l'Occitanie représente 9% des pertes d'emploi de dirigeants en France, la moyenne d'âge de ces entrepreneurs en situation de chômage est de 46,6 ans pour 2018, légèrement au-dessus de la moyenne nationale (46 ans). Les auteurs de l'étude expliquent que les quinquagénaires s'adaptent plus difficilement aux nécessaires changements de modèle économique.

L'association GSC et la société Altares alertent sur les problématiques liées à ce fort taux de perte d'emploi.

« Les chefs d'entreprises en situation de perte d'emploi ne sont pas pris en charge par Pôle emploi et ne bénéficient d'aucune protection chômage. Pour éviter une catastrophe financière, les dirigeants peuvent prendre une assurance volontaire. La mobilisation de l'ensemble des acteurs de la région est indispensable pour sensibiliser les entrepreneurs aux conséquences de la perte d'emploi. C'est une nécessité sociale et économique », explique Anthony Streicher, Président de l'association GSC.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2019 à 9:03 :
Oui mais sachez bien que la finance elle a gagné encore plus que l'année dernière et que du coup l'argent que vous n'avez pas eu est désormais bien à l'abri dans leurs paradis fiscaux !

Alors merci qui hein ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :