La Fédération du bâtiment Hérault s'installe sur 5000 m2

 |   |  664  mots
J. Chanut (FFB), T. Ducros (FFB Hérault) et P. Ceccotti (FFB Occitanie)
J. Chanut (FFB), T. Ducros (FFB Hérault) et P. Ceccotti (FFB Occitanie) (Crédits : Anthony REY)
La Fédération du bâtiment Hérault a inauguré, le 17 juillet à Montpellier, un nouveau siège sur lequel elle a investi 2 M€. En présence du président national Jacques Chanut, elle est revenue sur les aléas d'un marché où les appels d'offres se raréfient.

Plusieurs centaines de personnalités politiques et économiques ont pris part, le 17 juillet à Montpellier, à l'inauguration des nouveaux locaux de la Fédération du bâtiment Hérault (FFB 34). Celle-ci a investi 2 M€ dans l'acquisition et la rénovation du Domaine de la Providence, un bâtiment de 5 000 m2, situé sur un terrain de 12 000 m2. Le site avait été mis en vente par la Métropole de Montpellier, à travers un appel à projets remporté par le tandem FFB34-Roxim : le promoteur immobilier montpelliérain, de son côté, construira avec ACM des logements sociaux sur une parcelle en voie de déclassement, et des logements en accessibilité sur une 2e parcelle.

Une conjoncture paradoxale

La FFB 34 occupera un étage entier dans le nouveau bâtiment, tandis que l'antenne de la FFB Occitanie, l'IFRB (Institut de Formation et de Recherche du Bâtiment) et un nouvel espace de formation y seront aussi intégrés. Sur une chapelle mitoyenne désacralisée, la FFB 34 compte installer une salle de "BIMmersion" (en référence au BIM, méthode de modélisation 3D des bâtiments) : "C'est un espace pédagogique conçu pour répondre aux demandes d'information et de formation sur la maquette numérique, qui se développe de plus en plus dans le bâtiment neuf et de rénovation. Nous le destinons à nos adhérents, mais aussi à nos partenaires architectes, artisans ou économistes, et à nos fournisseurs", explique Thierry Ducros, président de la FFB 34.

"La conjoncture évolue de façon contrastée alors que nos carnets de commande sont plutôt bons. Après la crise que nous avons subie de 2010 à 2016, ils se sont stabilisés entre six et huit mois de commandes. Mais nous avons une problématique de prix : ils augmentent moins vite que les coûts. De plus nous observons une raréfaction des appels d'offre : ceux-ci sont souvent surabondants en début de mandats, et beaucoup moins nombreux en phase préélectorale. Du coup nous plaçons de gros espoirs dans la rénovation, en incitant nos adhérents à s'y intéresser, en se formant notamment en rénovation énergétique ou en accessibilité", poursuit Thierry Ducros, dans une analyse de conjoncture en fin de premier semestre 2019.

Vives inquiétudes autour du gasoil non routier

La cérémonie se déroulait en présence de Jacques Chanut, président national de la Fédération française du bâtiment. Ce dernier a insisté, à l'image de Thierry Ducros, sur la dégradation financière que subit la profession dans son ensemble - sur un argument proche de celui exprimé par la Fédération française des travaux publics.

"Nous sommes très en colère car le gouvernement a confirmé, le 16 juillet, le maintien de la taxe sur le gasoil non routier. Nous sommes les seuls à être touchés car pour l'agriculture et les ports, les prix sont maintenus. C'est un coût de 800 M€ pour notre profession. Or dans nos PME, le poste du gasoil représente 7 à 8 % du total des coûts : après l'entrée en vigueur de la mesure, ce poste va augmenter de moitié, soit 4 % de plus. Pour des entreprises réalisant entre 1 à 1,8 % de marge, c'est intenable. De plus, l'argument pour cette hausse est de nous inciter à acheter des "véhicules verts"... mais cela n'existe pas dans le bâtiment ! Sur 30 000 machines achetées dans l'Hérault en 2018, sept seulement avaient des motorisations plus ou moins mixtes", fait observer Jacques Chanut.

Dans l'Hérault, la Fédération du bâtiment, avec 600 entreprises adhérentes et 20 000 salariés, est le premier employeur privé du département, et le deuxième en Occitanie.

Sur le plan régional, la FFB représente 10 Mds € de chiffre d'affaires (10,5 % du PIB), 10 000 emplois, et 87 500 salariés. Elle affiche 16 200 projets de recrutement répertoriés à ce jour, selon l'estimation donnée par Patrick Ceccotti, président délégué de la Fédération du bâtiment Occitanie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :