Coworking : Newton Offices ouvre 4 200 m2 à Montpellier

 |   |  554  mots
L'immeuble Blasco, dans le quartier Port Marianne à Montpellier, hébergera le 3e espace de l'enseigne de coworking et bureaux Newton Offices.
L'immeuble Blasco, dans le quartier Port Marianne à Montpellier, hébergera le 3e espace de l'enseigne de coworking et bureaux Newton Offices. (Crédits : DR)
Le spécialiste marseillais des espaces de travail mêlant coworking et bureaux privatifs annonce qu’il ouvrira un Newton Offices (4 200 m2) dans le quartier Port Marianne de Montpelier, au 1er trimestre 2020. Un concept qu’il veut dupliquer dans les grandes métropoles françaises.

Comme il l'avait annoncé en avril dernier à La Tribune, le groupe Tivoli Capital, installé dans la cité phocéenne, duplique son modèle marseillais (4 000 m2 à la Joliette depuis janvier 2017), et crée un nouvel espace Newton Offices à Montpellier, dans le quartier Port Marianne, quartier mixte de bureaux, commerces et logements. Le lieu ouvrira au premier trimestre 2020.

« Nous avons trois critères d'emplacement : soit le meilleur quartier d'affaires de la ville, comme c'est le cas de la Joliette à Marseille, soit un parc tertiaire, soit une zone résidentielle qui a besoin de bureaux, explique Guillaume Pellegrin, président de Tivoli Capital et fondateur de Newton Offices. Montpellier, labellisée French Tech en 2014, affiche l'une des plus belles croissances pour l'immobilier de bureaux en France (le dirigeant fait référence au chiffre record enregistré en 2018, soit 104 489 m2 de bureaux commercialisés et une hausse de 28 % par rapport à 2017, NDLR). Et j'ai été séduit par le quartier Port Marianne, la proximité du tramway, mais également par cette nature de quartier mixte qui vit aussi le soir et le week-end. Montpellier sera notre 2e site et le premier pensé comme un opus dans sa globalité puisque nous occuperons tout l'immeuble Blasco. »

350 personnes par jour

Né du rapprochement entre iLOV'it, marque de coworking de Tivoli Capital, et KKR (société de gestion de private equity), l'opérateur se positionne résolument sur un marché de l'immobilier d'entrepris où la flexibilité est devenue maître-mot.

Tivoli Capital est propriétaire de l'immeuble qu'il occupera à Montpellier, conçu par le cabinet d'architectes Wilmotte & Associés, mais ne communique pas sur l'investissement qu'aura requis le projet montpelliérain.

Le Newton Port Marianne, installé sur 4 200 m2 et 7 étages, accueillera, selon l'opérateur, quelque 350 personnes chaque jour.

« Nous sommes très attentifs à l'accueil, développe Guillaume Pellegrin. Le rez-de-chaussée et rez-de-jardin hébergeront les espaces de coworking, mais aussi un espace café, une conciergerie, des paniers bio, etc., ainsi que la centralisation des services de l'immeuble. Les espaces bien-être seront au dernier étage. Nous définirons l'offre en fonction de la demande, et nous ferons appel à des prestataires locaux. Le reste de l'immeuble se divisera en bureaux privatifs, petits et grands, avec des coins pour téléphoner ou échanger avec un collaborateur, une tisanerie par étage. »

Maillage de métropoles

Le dirigeant promet « une grande souplesse d'utilisation » et une offre répondant à tous les besoins : « Toute l'offre coworking pour les indépendants, les freelance ou les télétravailleurs qui ne veulent pas travailler de chez eux. De petits bureaux en contrats mensuels, prêts à l'emploi pour les TPE-PME, louer un bureau devant être aussi simple que réserver une chambre d'hôtel ! Et un étage ou plus pour les grands groupes. Nous avons déjà enregistré des marques d'intérêt mais rien de signé pour le moment ».

Le site nécessitera trois à quatre personnes, Guillaume Pellegrin annonçant que le responsable de site a déjà été recruté.

L'enseigne travaille par ailleurs à ses futures autres implantations, à commencer par la métropole lilloise au second semestre 2020, sur la commune de Villeneuve-d'Ascq.

« Notre ambition est de mailler les grandes métropoles régionales, annonce Guillaume Pellegrin. Nous sommes en train d'étudier différents sites à Aix-en-Provence et Lyon, et nous ciblons également Nice, Sofia-Antipolis, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Rennes. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :