Pour ses 120 ans, la CCI Lozère regarde vers l’avenir

 |   |  787  mots
J-C. Gallo (La Tribune), la préfète C. Wils-Morel, P. Goguet (CCI France), T. Julier (CCI48), A. Di Crescenzo (CCI Occitanie), S. Pantel (CD 48) et l'économiste P. Dessertine
J-C. Gallo (La Tribune), la préfète C. Wils-Morel, P. Goguet (CCI France), T. Julier (CCI48), A. Di Crescenzo (CCI Occitanie), S. Pantel (CD 48) et l'économiste P. Dessertine (Crédits : Pauline Compan)
La CCI de Lozère a fêté ses 120 ans d’existence, le 18 novembre à l’Espace Événements Georges Frêches de Mende (48). Plus de 200 personnes s'étaient réunies pour échanger sur l’avenir du tissu économique lozérien et sur les ambitions nouvelles du réseau consulaire, dans un contexte de restructuration nationale. Une intervention remarquée de l’économiste Philippe Dessertine sur l’entrepreneuriat rural, a alimenté les débats de la soirée.

Pour célébrer ses 120 ans, la CCI Lozère a rassemblé tout l'écosystème du département autour d'une soirée débat, animée par le vice-président du groupe La Tribune, Jean-Claude Gallo. Elle a présenté pour l'occasion une exposition éphémère exceptionnelle, composée de documents d'archives retraçant ses 120 ans d'histoire.

Surtout, la CCI 48 a voulu se tourner vers l'avenir avec une keynote, sur le thème "l'entrepreneuriat rural dans une économie mondialisée", assurée par l'économiste Philippe Dessertine, et avec un point sur les nouvelles missions de la chambre consulaire, en présence du président de la CCI Occitanie, Alain Di Crescenzo et du président de CCI France, Pierre Goguet.

Changement de modèle économique pour la CCI Lozère

Ce lundi 18 novembre, la CCI 48 tenait également une Assemblée générale autour de ses nouvelles missions, alors qu'elle avait bien failli disparaître avec la promulgation de la loi PACTE en mai dernier.

"Nous avons subi des baisses drastiques de dotations et même si nous sommes révoltés par la manière dont l'Etat nous traite, nous sommes convaincus de notre avenir, affirme Thierry Julier, président de la CCI Lozère. Il faut se concentrer désormais sur nos missions d'accompagnement aux entreprises et sur le maintien de notre réseau. Pour les appuyer sur leurs mutations digitales, nous développons des outils sur le CCI Store et nous apportons notre soutien au déploiement de la fibre dans tout le département : une condition préalable essentielle pour le développement économique du territoire. Un nouveau modèle économique devra aussi être trouver pour continuer notre activité de formation."

"Avec une baisse de 60 % des ressources fiscales du réseau, les CCI sont mises à contribution et doivent se transformer, renchérit Pierre Goguet, président de CCI France. Mais le réseau est piloté par des chefs d'entreprises qui sont habitués à relever des défis. Les territoires gagnants seront ceux qui réussiront à travailler en réseau."

Coordonner le développement du territoire

Sur ce dernier point, les acteurs du territoire présents lors du débat ont mis en avant les synergies en place dans le département. Pour le déploiement du très haut débit (THD), la présidente du Conseil départemental de Lozère, Sophie Pantel, a souligné l'association formée avec les départements voisins du Lot et de l'Aveyron pour le raccordement de 360 000 prises d'ici 2022.

"C'est une condition de développement économique, et sans cette association, nous n'aurions pas trouvé de délégataire, détaille Sophie Pantel. En Lozère, la commande publique est importante (environ 48 M€, ndlr), et il est important que les acteurs se parlent et se regroupent en réseau, c'est une condition de réussite."

"Il y a un paradoxe de la ruralité, déclare pour sa part la préfète de Lozère, Christine Wils-Morel. 81 % des Français plébiscitent la campagne comme lieu de vie, mais la ruralité n'est pas représentée dans le débat public. Nous devons inverser cette logique, c'est en tout cas l'objectif de l'Etat avec la création, le 9 juillet dernier, de l'Agence nationale des territoires ou avec le maintien d'un haut niveau de service grâce aux outils digitaux."

Les territoires ruraux, au coeur de la prochaine rupture technologique ?

La révolution technologique et les nouveaux outils digitaux étaient également au coeur des propos de l'économiste et directeur de l'Institut de Haute Finance, Philippe Dessertine, invité spécial pour la célébration de cet anniversaire.

Le conférencier a annoncé un changement à venir sur le leadership mondial, qui devrait se décaler vers l'Asie dans les dix prochaines années. Une chance à saisir d'après lui pour les territoires ruraux.

"La Lozère doit regarder loin et aborder ces nouveaux marchés avec ses spécificités, déclare Philippe Dessertine. Nous vivons actuellement une rupture technologique, qui va se faire en douceur sur la décennie à venir. Cette révolution mathématique, portée par la gestion des données massives, va entraîner la fin de la concentration et l'aplatissement des territoires. Ce concept est essentiel pour la Lozère car il change également la façon de se former, de travailler ou de gérer les exploitations agricoles : l'exode vers les grandes métropoles ne sera plus nécessaire pour bénéficier de certaines formations ou pour travailler."

Une perspective de développement démographique pour le département le moins peuplé de France (76 000 habitants), qui serait pour l'économiste un paramètre important pour le développement économique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :