Plus de 100 porteurs de projets montent dans Un Tramway nommé Startup

 |   |  574  mots
Le tramway privatisé pour UTNS, au départ de la station Mosson, le 27 novembre à Montpellier
Le tramway privatisé pour UTNS, au départ de la station Mosson, le 27 novembre à Montpellier (Crédits : M3M)
Plus d'une centaine de porteurs de projets ont participé à l'opération Un Tramway nommé Startup, le 27 novembre à Montpellier. Ils ont pu affiner les contours de leur démarche de créateurs d'entreprise avec les 80 coaches mobilisés sur cette 3e édition.

L'édition 2019 d'Un Tramway nommé Startup (UTNS) s'est élancée de la station Mosson, à Montpellier, avec un prévisionnel de 102 porteurs de projets inscrits - sans compter les non-inscrits -, embarquant à son bord toute la matinée du 27 novembre. L'opération, qui vise à conseiller et accélérer les projets portés par les créateurs d'entreprise et les jeunes entrepreneurs, se déroule dans une rame privatisée pour l'occasion : le cheminement de station en station symbolise "les questions essentielles que tout entrepreneur doit se poser pour créer avec succès, en pensant différence, innovation et engagement", selon Pierre Alzingre, inventeur du concept et fondateur de Visionari, agence de conseil en ingénierie de l'innovation.

Le tramway privatisé pour UTNS, au départ de la station Mosson, le 27 novembre à Montpellier

Du design au financement

Concrètement, les participants, lors de mini-rendez-vous de 15 mn, rencontrent en tête à tête les experts publics et privés, issus de l'écosystème montpelliérain de l'innovation et associés à UTNS. Chacun d'eux est positionné dans l'un des trois ateliers thématiques aménagés dans la rame : "Speed Coaching" (conseil en entrepreneuriat), "Speed Designing" (design de produits et services), et "Speed Banking" (financement, assurance).

Les porteurs de projets embarquant ce jour-là ont imaginé des produits ou services couvrant un spectre large : modules de e-learning pour nouveaux résidents en ville, système de réalité virtuelle pour parcours sportifs, gamme de compléments alimentaires pour animaux, plats cuisinés marocains préparés avec des produits locaux, etc. "Le phénomène start-up va perdurer mais il faut arrêter de vendre du rêve aux gens", confie l'un des coaches, qui explique sa méthode : challenger le créateur pour l'amener à questionner chaque facette de son projet, même en envisageant une autre orientation.

Le tramway privatisé pour UTNS, au départ de la station Mosson, le 27 novembre à Montpellier

"Écouter les signaux du marché"

Dans l'atelier "Speed Designing", Ludovic, après 17 ans passés comme vendeur puis manager en magasins spécialisés, veut se lancer dans la maroquinerie moyen et haut de gamme, en créant et commercialisant des sacs pour femmes avec éléments de personnalisation. Il cherche "un moyen de se différencier des grandes marques". Son coach conseille de se fixer des seuils (fabrication, distribution, etc.) dont la réussite conditionne le passage à l'étape suivante. "Même avec une étude de marché, il faut rester attentif aux signaux de ce marché pour vérifier l'appétence des consommateurs et éventuellement faire évoluer le produit", souligne-t-il.

En fin de matinée, le premier groupe de participants descend du tramway aux abords de la Métropole de Montpellier, où les rendez-vous individuels se poursuivent, complétés par une série d'ateliers collectifs qui seront assurés, successivement, par le Mouvement des entrepreneurs sociaux (Mouves), par l'association Pulse (qui favorise le développement du design au service du développement économique) et par Visionari. Face à un groupe composé d'une majorité d'étudiant(e)s, Odile, responsable du Mouves, présente les différentes facettes de l'entrepreneuriat social, "destiné à mettre l'activité de l'entreprise au service de l'intérêt général".

"Avec plus de 100 participants inscrits à cette nouvelle édition, qui bénéficie d'une organisation soignée, ce nouveau Tramway nommé Startup est une réussite", se félicite Chantal Marion, vice-présidente de la Métropole chargée du développement économique. La journée devait se poursuivre avec un concours de pitch pour cinq projets sélectionnés parmi ceux des participants, et une remise de prix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :