Le CSA donne son feu vert au rapprochement entre le réseau Vià et BFM-TV

 |  | 848 mots
Lecture 4 min.
Le rapprochement entre BFM TV et le réseau Vià de chaines de télévision locales validé par le CSA.
Le rapprochement entre BFM TV et le réseau Vià de chaines de télévision locales validé par le CSA. (Crédits : DR)
Une étape capitale vient d’être franchie dans le processus de rapprochement entre le réseau de chaînes de télévisions locales Vià (Vià Groupe) et BFM-TV (groupe Altice). Le CSA donne son sésame à la création d’une société commune. Mais les négociations entre les deux opérateurs télévisuels ne sont pas terminées.

Le projet est à l'étude depuis plusieurs mois : un rapprochement entre Vià Groupe, qui pilote le réseau de chaînes de télévision locales Vià, et le groupe Altice, propriétaire de BFM-TV.

La condition sine qua none pour l'aboutissement de ce rapprochement, c'était d'abord l'agrément du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), que les deux groupes avaient saisi en novembre 2019. La décision de l'autorité audiovisuelle est tombée le 31 mars dernier, concluant « que l'opération n'est pas de nature à compromettre l'impératif prioritaire de pluralisme et l'intérêt du public ».

Pour rappel, en septembre 2017, la chaîne locale TVSud, propriété de Médias du Sud et comptant trois antennes (Montpellier, Nîmes et Perpignan), changeait d'identité et devenait Vià Occitanie. Un bouleversement préfigurant le réseau national de télévisions locales Vià, qu'ambitionnaient de créer Christophe Musset, le P-dg de Médias du Sud, et l'homme d'affaires Bruno Ledoux. En juillet 2018, le premier réseau national de télévisions locales Réseau Vià était officiellement lancé par les deux hommes, agrégeant au total 16 chaînes locales en France.

Naissance de BFM-Vià Régions

Dans sa décision, le CSA donne donc son feu vert à la création d'une société commune, portant le nom de BFM-Vià Régions, et dont le contrôle s'équilibrera à part presque égale entre Vià Groupe (49,9 %) et Altice (50,1 %).

A l'issue de l'opération, le capital des filiales de Vià Groupe - Télé Miroir Services, 7L, TV Sud PO, Média H Antilles-Guyane et TV Sud Toulouse (diffusant respectivement les chaînes de télévision Vià Occitanie Pays gardois, Vià Occitanie Montpellier, Vià Occitanie Pays catalan, Vià ATV Martinique et Vià Occitanie Toulouse) - sera détenu par la société BFM-Vià Régions.

Car attention, cette opération ne concerne que les 5 chaînes locales filiales de Vià Groupe, et non l'ensemble des 16 chaînes du réseau, les 11 autres étant des télévisions indépendantes liées au réseau par un contrat de partenariat type franchise.

Mais le processus n'est pas terminé. La décision du CSA n'était qu'un sésame pour la poursuite des négociations entre les deux groupes. Sollicités par notre rédaction, les dirigeants de Vià Groupe n'ont d'ailleurs pas donné suite, tenus par une clause de confidentialité avec Altice.

Deux marques complémentaires

L'objectif des deux opérateurs est de mettre leurs forces en commun pour installer sur le territoire français un réseau de chaînes locales complémentaires sous deux bannières, Vià et BFM-TV. Car à l'issue, les deux marques continueront d'exister dans les régions, proposant toutes deux des programmes locaux, avec chacune sa propre ligne éditoriale.

Sauf qu'on ne sait pas encore quelle chaîne revêtira quelle marque : Vià Occitanie Montpellier et Vià Occitanie Toulouse passeront-elles sous bannière BFM-TV ? La décision sera prise en interne, et on imagine que la question figure en bonne place dans les négociations qui se poursuivent.

Lesquelles négociations devront notamment aussi statuer sur la place et l'usage de MyVideoPlace, une plate-forme de partage de vidéos et de monétisation des contenus, filiale de Vià Groupe.

Deux heures d'infos locales au lieu d'une

Quid du futur contenu des chaînes ? S'agissant de Vià Occitanie Pays gardois, Vià Occitanie Montpellier, Vià Occitanie Pays catalan et Vià Occitanie Toulouse, le CSA note que « plusieurs engagements du groupe Altice sont susceptibles d'en renforcer l'intérêt pour le public ». Notamment celui « de consacrer l'intégralité de leur programmation à la région Occitanie, tout en veillant à ce qu'une part majoritaire de la programmation de chacun d'entre eux soit dédiée à la zone sur laquelle il est reçu par voie hertzienne terrestre ».

La future configuration pourrait même augmenter le volume d'informations locales puisque la décision du CSA rappelle « les engagements consistant pour chacun de ces services à proposer d'une part, un volume quotidien de deux heures de programmes d'information locale inédits, au lieu d'une actuellement, et, d'autre part, une programmation locale et régionale diversifiée abordant notamment des sujets relatifs à l'économie, la culture, le sport, la vie sociale et à l'environnement propres à la zone de diffusion et à la région Occitanie ».

Sauver Vià Occitanie Toulouse ?

Enfin, cette opération, si elle répond à une ambition ancienne de BFM de s'implanter dans les régions et notamment sur les grandes métropoles (et donc de récupérer des fréquences disponibles), permettrait également d'assurer la survie de deux chaînes locales de Vià Groupe, si l'on en croit le contenu de la décision du CSA.

Le délibéré note en effet qu'« il résulte de l'instruction, et notamment des éléments financiers et comptables portés à la connaissance du Conseil, que les sociétés TV Sud Toulouse et Média H Antilles-Guyane, respectivement éditrices des services Vià Occitanie Toulouse et Vià ATV Martinique, autorisées depuis moins de cinq ans, connaissent des difficultés économiques menaçant leur viabilité »...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :