Déconfinement : quels points de vigilance pour les entreprises ?

 |   |  778  mots
(Crédits : iStock)
Avec la mise en place d’un premier plan de déconfinement ce lundi 11 mai, beaucoup d’entreprises se préparent à reprendre leurs activités ou encore à accueillir à nouveau des salariés au sein de leurs locaux. Le Medef Hérault et le cluster Pôle Action Média ont invité des experts du monde économique pour répondre aux nombreuses interrogations des chefs d’entreprises.

Échanger autour des perspectives économiques et adaptations nécessaires pour les entreprises, dans une société touchée par une situation sanitaire sans précédent, faire le point sur les directives données par le Premier ministre et le gouvernement, ou répondre de manière générale à toutes les interrogations que génèrent la reprise d'activité pour les dirigeants d'entreprises et leurs salariés. Telle était l'ambition des deux visioconférences organisées les 6 et 7 mai par le Pôle Action Média du Soler (66) et le Medef Hérault.

Le Pôle Action Média avait invité l'économiste Erwann Tison, directeur des études à l'Institut Sapiens, quand le Medef Hérault avait choisi l'avocate Eve Garrigue pour aiguiller les chefs d'entreprises sur les mesures concrètes à prendre au sein de leur structure.

Directives gouvernementales : les recommandations de l'avocate Eve Garrigue

Télétravail et activité partielle : "Depuis deux mois, un salarié sur deux fait l'objet d'une mesure d'activité partielle, et quatre salariés sur dix sont actuellement en télétravail. Sur ce point, les préconisations du gouvernement sont claires, il faut privilégier le télétravail pendant encore trois semaines. Pour l'activité partielle, les indemnités de l'État sont maintenues jusqu'au 2 juin, date à laquelle on devrait voir la mise en place d'un dispositif moins avantageux. Mais on pourrait voir une distinction suivant les secteurs, et un maintien des aides pour ceux contraints de rester fermés. Une nouveauté est la possibilité de négocier des activités partielles individualisées - selon une ordonnance du 22 avril dernier - en accord avec le CSE, et en justifiant les décisions."

Horaires : "Si les salariés ne peuvent être en télétravail, le chef d'entreprise doit organiser des horaires décalés pour éviter que trop de personnes se croisent. Il fait alors revenir aux contrats de travail, pour vérifier si les horaires sont contractualisés. Il faudra ensuite passer par un accord préalable avec les salariés et informer par voie d'affichage. Une entreprise peut ainsi envisager d'accueillir les employés de 7h30 à 9h30, avant d'échelonner les départs entre 16h30 et 18h30."

Assurer la sécurité des salariés : "L'employeur a une obligation de sécurité renforcée, et peut retrouver les mesures dans le Protocole national de déconfinement des entreprises. Parmi les obligations : assurer 4 m2 par personne et par...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :