Pourquoi Smoove a quitté Montpellier

 |  | 1023 mots
La PME Smoove, spécialiste des vélos en libre-service, est présente dans 23 pays dans le monde avec 40 000 vélos en circulation.
La PME Smoove, spécialiste des vélos en libre-service, est présente dans 23 pays dans le monde avec 40 000 vélos en circulation. (Crédits : Smoove)
La PME héraultaise Smoove, mise sous les feux des projecteurs il y a trois ans pour avoir remporté, au sein du consortium Smovengo, le marché des Vélib’ sur le Grand Paris, a fermé son site près de Montpellier pour se replier dans la banlieue lyonnaise. Explications.

La PME héraultaise Smoove, spécialistes des marchés de vélos en libre-service, avait été mise en lumière en avril 2017 quand le consortium Smovengo - conduit par Smoove, associée au Catalan Moventia, à Indigo (ex-Vinci Park) et à Mobivia (ex-Norauto) - avait raflé le marché du Vélib' parisien, au nez et à la barbe du géant JCDecaux. Portant sur la fourniture de 20 000 vélos (dont un tiers à assistance électrique) et l'équipement de 1 800 stations sur le territoire du Grand Paris, le contrat affichait une valeur de 600 M€ sur quinze ans.

Après deux années mouvementées d'un déploiement laborieux et chaotique, Smoove assurait en septembre 2019 que les difficultés étaient derrière elle, et annonçait qu'elle remaniait ses structures financières et de gouvernance pour investir dans un nouveau plan stratégique...

En mai 2019 déjà, le cofondateur (avec son frère) de Smoove Laurent Mercat avait revendu ses parts à Via-ID, le fonds de développement de Mobivia, l'un des membres fondateurs de Smovengo, et cédé la gouvernance de la PME à Ludovic Bertrand, lui-même issu de Mobivia.

Aujourd'hui, Ludovic Bertrand est le président de Smoove et Benoit...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :